Sidebar

26
Mer, Jui

Valorisation du tourisme à Dimbokro /Siandou Fofana apporte sa ‘’caution’’ et son ‘’soutien’’ à Festourdim

Tourisme
Typographie

‘’Dimbokro a tant donné à la Côte d’Ivoire, il est temps que la Côte d’Ivoire revienne vers Dimbokro pour lui donner ce qu’elle mérite’’, déclare Siandou Fofana.

Débuté le jeudi 30 mai, le festival touristique de Dimbokro (Festourdim) a connu son apothéose le 1er juin en présence de Siandou Fofana, ministre du Tourisme et des Loisirs, des autorités administratives et des élus. Trois jours durant, le boulevard de la République qui relie l’esplanade de la Sitarail à la préfecture, a pris l’allure d’une fête carnavalesque. C’est par « une mise en jambe » selon les termes de Nzué Liliane, Directrice départementale du tourisme et commissaire du Festival, que Festourdim a démarré à travers un cross populaire et une compétition de maracana suivis, dans la soirée, par le concours de beauté Awoulaba. La seconde journée a fait place, dans la soirée, à des prestations de danses traditionnelles du pays dont le Zaouli, Tématé, Boloye, Adjoss, Django, Abodan, Kôtou, Awoussi, Banhoum, pour ne citer que celles-là. Une soirée émerveillée par le concours de beauté homme dénommé, le « Yassouah Kataché ». Ce Festival va connaitre, au cours de la troisième journée, une effervescence toute particulière, avec l’arrivée du ministre du Tourisme et des Loisirs. Ce fut l’occasion pour la directrice départementale du tourisme et Commissaire du festival, d’annoncer l’objectif principal de Festourdim, qui selon elle, s’inscrit dans la droite ligne des retrouvailles, de la valorisation de la tradition orale et du brassage culturel.

Après avoir donné le thème de cette 8e édition qui s’intitule « Festourdim, outil de lutte contre la pauvreté en milieu rural », elle a profité de l’occasion pour décliner ses intentions en vue de pérenniser cette importante fête culturelle : « nous envisageons mettre en place, dans le court terme, des Comités locaux de gestion touristique, concevoir des stratégies de création, en terme marketing et d’en faire des centres d’intérêts, d’attraits et de curiosité pour les populations aussi bien nationales qu’internationales » a-telle souhaité. Intentions qui sont en adéquation avec le thème puisqu’il s’agit de vulgariser le riche patrimoine touristique local avec des possibilités de création d’emplois. Elle envisage à long terme faire de Dimbokro, « la boucle du tourisme et de la culture Agba ». Pour le ministre de tutelle, ce sont des ambitions qu’il faut soutenir : « Dimbokro a tant donné à la Côte d’Ivoire, il est temps que la Côte d’Ivoire revienne vers Dimbokro pour lui donner ce qu’elle mérite…Ce festival est donc un motif pour nous de venir vous visiter et vous apporter notre caution et notre soutien à la Directrice départementale du tourisme pour lui dire que désormais elle ne sera pas seule à promouvoir le patrimoine touristique de Dimbokro », a-t-il soutenu.

Au regard du travail « immense » abattu par la Directrice départementale du tourisme qui selon le ministre Siandou, est en train de faire naitre de l’espoir au sein des populations, celui-ci les encourage à l’accompagner dans cette noble mission culturelle, en renouant avec les danses et traditions, pour émerveiller les ivoiriens et le monde entier. « Désormais, il existe une stratégie de développement touristique dont notre pays s’est doté qui s’appelle « Sublime Côte d’Ivoire »…parce que Sublime Côte d’Ivoire rêve de décréter un événement majeur pour que notre de pays qui était distingué et ce miracle qui était chanté par toutes les Nations finissent ensemble par reprendre en cœur « sublime Côte d’Ivoire », pour qu’ensemble nous sublimons le monde par notre merveille, notre qualité de vie et par l’exemplarité de notre accueil » a-t-il annoncé. Le ministre du Tourisme a, en outre, fait la promesse de mettre tout en œuvre pour que la direction départementale soit érigée en direction régionale et d’inviter les ressources compétentes pour qu’ils étudient ensemble la possibilité de la réhabilitation de l’ex Hôtel Sietho.

 

E. ZOUHOMAN