Sidebar

26
Mer, Jui

Paquinou festival de Yamoussoukro/Le grand show ce dimanche !

Tourisme
Typographie

On découvre, à travers Paquinou festival de Yamoussoukro, que chez les baoulés, le consensus dans le choix du chef est très important.


Le paquinou festival de Yamoussoukro qui a démarré le 15 avril dernier, bat son plein dans toute la commune.
Organisé par la mairie de la cité de la paix, dirigée par Gnrangbé Kouakou Jean, paquinou festival a pour objectif principal de valoriser l’immense potentiel culturel de cette partie de la Côte d’Ivoire en mettant en accent particulier sur les danses en voie de disparition. Pour ce faire, le commissariat général, présidé par Mme Emma Kouakou, Directrice régionale du Tourisme à Yamoussoukro, a opté pour une fête éclatée dans les villages. Ainsi, tous les villages environnants se retrouvent dans le village choisi par le commissariat général pour faire la fête au son et au rythme de la musique et des danses du terroir.

C’est donc N’gattakro qui a servi de cadre, mardi 16 avril, pour les festivités de 2019 pour les villages de Morofê, Seman et Djamalabo. Là a eu lieu les compétitions de mamie aliêh fai, qui est la valorisation de l’art culinaire du terroir ; du yassoua claman (bel homme) et du meilleur fait coutumier. Pour cette année, les organisateurs ont choisi comme thème du fait coutumier, le choix et l’intronisation du chef ou du roi chez les baoulés. On découvre que chez ce peuple, le consensus dans le choix du chef est très important, car, il doit incarner des valeurs reconnues par tous : l’honnêteté, le sens de la mesure et être capable d’être au-dessus de la mêlée pour dire le droit pour tous. La finale de toutes ces compétitions aura lieu le dimanche prochain à Yamoussoukro. Au terme des ‘’joutes’’ de N’gattakro, les villages de Djamalabo et N’gattakro (aliêh fai), N’gattakro (yassoua klaman) et N’gattakro (fait coutumier), représenteront la région à la grande finale de dimanche. Les festivités se poursuivront dans les zones de Subiakro (djahakro, akpessekro, aboukro, kogogouabo, tchedjebo) et de n’dakonankro (kpoussoussou, nanan, logbakro).

Pour mettre les petits plats dans les grands, la mairie remet à chaque village qui accueille les manifestations, un bœuf pour recevoir tous ceux qui viennent pour la fête.
Pour cette édition de paquinou, l’accent est mis sur la salubrité. Un concours du village et du quartier le plus propre est organisé par le commissariat du festival. Mais contrairement aux autres compétitions, celle-ci va s’étendre sur toute l’année avec des points d’étape pour récompenser les meilleurs du moment.

Mercredi 17 avril sera marqué par l’ouverture de paquikro, le village dédié au festival et le dimanche, ce sera l’apothéose avec la prestation de danses traditionnelles dont alièkora, un goli dont on dit beaucoup de bien du fait de la beauté du masque et de sa prestation à nulle autre pareil.
paquinou festival de Yamoussoukro est parrainé par Fofana Siandou, ministre du Tourisme et des Loisirs avec pour invité spécial, Maurice Bandama Kouakou, ministre de la Culture et de la Francophonie.

Oussou Kra