31
Mar, Mar

Société

A Yamoussoukro, les élèves du lycée mixte 1 ont, par des coups de sifflet, arrêtés également les cours pour protester contre l’insuffisance des tables-bancs.


Les élèves des lycées modernes 1 et 2 de Grand-Bassam (au sud, à 30 km d’Abidjan), ont paralysé les cours, ce lundi 02 mars 2020 matin, en délogeant les élèves des autres établissements secondaires de la commune. Les chefs desdits établissements disent ne pas savoir les raisons de ce débrayage. Mais selon certaines sources sur place, depuis environ un mois, les élèves de ces lycées disent être régulièrement agressés par des ‘’microbes’’ ou des jeunes en conflit avec la loi, qui escaladent la clôture du lycée, armés d’armes blanches et de gourdins. Certains élèves vont jusqu’à dire que des jeunes filles élèves ont été violées, quand d’autres affirment ne plus être en sécurité du fait de ces agressions quasi quotidiennes. A les en croire les derniers viol et agressions ont eu lieu vendredi dernier. Les élèves des lycées de la ville historique, classée patrimoine culturel mondial de l’Unesco, dénoncent, en outre, la présence d'un fumoir dans le lycée et le ‘’laxisme’’ des autorités administratives de ladite école, qui n’ont pas l’air de s’en préoccuper.  Ils ont donc organisé une marche pacifique en direction du commissariat et la préfecture de la ville. Selon notre source, les élèves mécontents ont été reçus par Magloire Coulibaly, Secrétaire général 1 de la préfecture, en l’absence du préfet. Celui-ci a promis que la sécurité sera assurée au lycée. D’ailleurs comme 1ère mesure, tout le commerce autour de cet établissement secondaire sera détruit, car il semble que la drogue y est dissimulée pour alimenter les élèves. Malgré ces assurances, les cours n’ont pas repris, dans la cité balnéaire.
A Yamoussoukro, les élèves du lycée mixte 1 ont, par des coups de sifflet, arrêtés également les cours pour protester contre l’insuffisance des tables-bancs.

René Ramissou