19
Mer, Fév

Société

Au Collège moderne, les élèves protestent contre le fait que des enseignants leur demandent de photocopier des supports pédagogiques.

Le spectre des perturbations des cours qui planait depuis quelque temps sur l'école à Dimbokro (centre-est du pays, à 242 km d’Abidjan), chef-lieu de la Région du N’zi, est entré dans sa phase active. Tôt ce matin lundi 10 février, pendant le salut au couleur, les coups de sifflets ont retenti. Les élèves sont revenus à la charge pendant le déroulement des premières heures de cours.  Un groupe d'élèves surexcités, a délogé élèves et enseignants. Réunis au mât, le coordinateur de la fédération estudiantine et scolaire de Côte-d'Ivoire (Fesci), Diomandé Daouda, élève en classe de Terminale D, a expliqué à ses camarades les raisons du débrayage. Il a égrainé un chapelet de revendications.

Il s'agit de l'insuffisance des tables bancs, du déficit d'enseignants surtout en anglais, des effectifs pléthoriques dans des classes...etc. Argumentant, le responsable de la Fesci dit avoir informé l'administration sur les conditions ‘’difficiles’’ d'études. Des élèves sont assis à trois ou quatre par banc, les classes sont mal éclairées, un bâtiment ne comporte pas  de plafond, ce qui entraine une chaleur ‘’insupportable’’, des élèves passent en classe supérieure sans avoir fait des cours d'anglais. ‘’Autant de problèmes qui doivent trouver solutions auquel cas les examens blancs prévus pour la première semaine mois d'avril ne se tiendront pas’’, a-t-il martelé. Le mouvement de protestation s'est déporté au collège moderne avec pratiquement les mêmes griefs. Là-bas, des élèves protestent contre le fait que des professeurs leur demandent de photocopier les supports pédagogiques. La raison est que l'administration n'est plus en mesure de satisfaire les classes intermédiaires en supports pédagogiques. Et pourtant, des frais annexes ont été prélevés pour prévenir ses problèmes. Des établissements du secondaire privé ont été aussi entraîné dans cette vague de mécontentement des élèves.

E.ZOUHOMAN