27
Jeu, Fév

Société


Bloomfield Investment estime que l’équilibre technique devrait être maintenu jusqu’en 2037, soutenu par la branche retraite.


La Caisse nationale de prévoyance sociale(Cnps), franchira la barre des 100 milliards de Fcfa d’excédents en 2020 contre un déficit de 30 milliards de Fcfa en 2011 et 8 milliards en 2012, selon un article de financialafrik.com, publié le 30 Janvier 2020. Cette belle performance est confirmée par la première notation financière de l’institution par Bloomfield Investment Corporation en lui attribuant, avec une perspective stable, la note AA à long terme et la note A1+ à court terme. Et cela, bien que Bloomfield Investment Corporation ait noté que le niveau des impayés de cotisations des structures de l’Etat connait une hausse continue. A la date du 30 Juillet 2019, ces impayés étaient évalués à 87,9 milliards de francs Cfa. Le Directeur général, Dénis Charles Kouassi, trouve l’origine de cette ascension dans la réforme de 2012 basée sur une feuille de route sur 25 ans, engagée par l’Etat ivoirien, concernant l’augmentation du taux de cotisation et de l’âge de départ à la retraite. Il a expliqué que la Cnps a réalisé déjà en 2013, un excédent de 33 milliards de FCFA. En 2014, le mercure est monté à 45 milliards et à 95 milliards de FCFA en 2019. Bloomfield a noté que cette évolution est aussi due à un renforcement continu de la gouvernance et du développement de l’activité financière. L’agence de notation certifie que « l’équilibre technique devrait être maintenu, jusqu’en 2037, soutenu par la branche retraite ainsi que par les marges dégagées par l’activité financière. Ce qui permettra à l’institut de prévoyance sociale, de faire l’enrôlement des travailleurs indépendants dans le premier trimestre 2020.  Ces travailleurs indépendants, « dont les effectifs font 10 fois celui des travailleurs salariés ». Il s’agit des artisans, des agriculteurs, et les autres professions libérales.