19
Mer, Fév

Société

La plupart des cas de décès enregistrés en Chine concerne des patients plus âgés qui ont déjà souffert d’autres graves maladies.

Depuis Wuhan en Chine, d’où il a été détecté pour la première fois, le coronavirus ne cesse de violer les frontières. Le ministère de la santé en Allemagne vient d’annoncer un cas détecté par ses services tard dans la nuit du lundi 27 janvier. Il s’agit d’un homme de la circonscription de Starnberg en Bavière, selon un porte-parole du ministère de la Santé à Munich.

Le concerné a été pris en charge par (Task-Force Infektiologie des Landesamts für Gesundheit und Lebensmittelsicherheit )(LGL)  le groupe de travail sur l'infectiologie du Land pour la santé et la sécurité alimentaire, qui a attesté qu’il est cliniquement en bon état. « Il est sous surveillance médicale et isolé." Tous ceux avec qui il a été en contact direct, ont été informés en détail sur les symptômes du Coronavirus et surtout des nécessaires mesures d’hygiène et des voies de transmission.

Une conférence de presse est prévue ce mardi matin pour informer le public. Le ministère bavarois de la Santé a rassuré que le risque de propagation du virus est négligeable, selon le groupe de travail sur l'infectiologie et l’institut Robert Koch. Les autorités allemandes entrevoient faire sortir leurs ressortissants de l’épicentre du coronavirus, à l’instar des Etats-Unis et de la France qui a enregistré les premiers cas d’infection en Europe. Le pays de Goethe a demandé lundi à ses ressortissants d’éviter les voyages « non indispensables ».

Le nombre de personnes infectées est monté à plus de 4000 et les cas de décès sont de 106 en Chine. Il n’existe pas encore de vaccin, ni de traitement efficace contre ce virus. Ce ne sont que les symptômes qui peuvent être atténués par des médicaments. Selon les experts, cette maladie pulmonaire serait bénigne dans la plupart des cas, voire sans symptômes. La plupart des cas de décès enregistrés en Chine concerne des patients plus âgés qui ont déjà souffert d’autres graves maladies.

Franck TAGOUYA
Source :zeit.de