03
Ven, Avr

Jean-Pierre Cardinal Kutwa, Archevêque d’Abidjan

Société

Son Éminence Jean-Pierre Cardinal Kutwa comprend la déception de tous ceux qui auraient voulu vivre ce moment de prière comme un pèlerinage. Lire ci-dessous, la déclaration du chargé de communication et des relations extérieures de l’Archevêché d’Abidjan.


Point de presse relatif à la marche Allons à la paix du 15 février 2020.
En début d’année pastorale, chaque aumônerie présente son programme d’activités à l’Archevêché afin de permettre à l’Archevêque d’harmoniser son agenda pastoral. C’est dans ce contexte, que l’aumônerie de la Pastorale des Jeunes, au nombre de ses activités et en relation avec le thème de l’année : « Pour vivre en communion, faites aux autres ce que vous voulez qu’ils fassent pour vous », a prévu une marche pour la paix en Côte d’Ivoire. C’est une activité programmée depuis le mois d’octobre 2019, et qui n’est par conséquent, pas consécutive au message des Archevêques et Évêques, délivré à Korhogo le 19 janvier 2020, même si leurs objectifs concernent tous la paix par la réconciliation. Pourquoi une telle initiative ? En effet, soucieux de la situation socio-politique qui prévaut dans notre pays, les jeunes du Diocèse d’Abidjan, déterminés à prôner la paix, à unir les jeunes et à s’engager à être les messagers et les artisans de paix, ont initié cette action spirituelle forte. Ainsi, pour donner vie à cet engagement, sous l’éclairage de leur aumônerie et soutenus par l’Association des Femmes Catholiques (AFEC), les jeunes ont souhaité une marche priante dénommée « ALLONS A LA PAIX. » L’objectif majeur de ce rassemblement est de réaffirmer l’importance de vivre dans un environnement stable, prôner la paix entre les jeunes, montrer la nécessité de vivre dans la fraternité et la cohésion, sensibiliser la jeunesse diocésaine catholique et partant, la jeunesse nationale sur la non-violence pendant la période électorale.

Malheureusement, la mise en œuvre de ce projet souffre d’interprétations ambivalentes, contradictoires et ambigües. Cela risque, si l’on n’y prend garde, de dénaturer et l’intention et l’objectif strictement spirituels de cette initiative louable. Faut-il le rappeler, au sein de l’église Catholique, ces marches priantes publiques, ces chemins de croix, ces prières rogatoires sont des pratiques courantes qui sont des suppliques adressées à Dieu en faveur de tout le peuple en des moments difficiles. L’église ne saurait être la caisse de résonance de quelque association ou groupe que ce soit. Au regard de ces interprétations fallacieuses et de ces adhésions récupératrices, l’église veut demeurer vigilante et aller à l’essentiel de son action et de ses intentions que sont : aider la Côte d’Ivoire et particulièrement les jeunes à œuvrer pour la non-violence et la paix. Son Éminence Jean-Pierre Cardinal Kutwa, conscient de la primauté de Dieu et de la nécessité de la paix par la réconciliation, maintient cette prière rogatoire en faveur de la paix en Côte d’Ivoire qui se tiendra le Samedi 15 février 2020 de 07h à 13h30. Cependant, face aux dangers d’infiltrations et soucieux de la sécurité de ses fidèles, son Éminence demande que cette journée de prière se tienne exclusivement au sein de la Cathédrale Saint Paul du Plateau. Son Éminence Jean-Pierre Cardinal Kutwa comprend la déception de tous ceux qui auraient voulu vivre ce moment de prière comme un pèlerinage. Mais « Tout concourt au bien de ceux qui croient », dit Saint Paul, l’Apôtre des Nations. Par cette délocalisation, Dieu nous invite à aller à la paix avec la paix.

Fait à Abidjan le 26 janvier 2020

Le Chargé de communication et des relations extérieures de l’Archevêché d’Abidjan
Père Augustin Obrou