13
Mer, Nov

Société

Pour Yamoussoukro et la Région de la Marahoué (Bouaflé, Sinfra), le besoin en sang se situe entre 08 et 09 000 poches par an.


La Côte d’Ivoire a un besoin annuel de 250 000 poches de sang. Pourtant ce sont seulement 125 000 poches qui sont récoltées chaque année ; soit la moitié. En ce qui concerne la zone de couverture du Centre national de transfusion sanguine (Cnts) de Yamoussoukro (Yamoussoukro et la Région de la Marahoué (Bouaflé, Sinfra)), le besoin en sang se situe entre 08 et 09 000 poches, selon Dr Bieu Meho, Directeur adjoint du Centre national de transfusion sanguine Cnts) de Yamoussoukro.
C’est donc pour faire face à la pénurie récurrente de sang dans la capitale politique et administrative du pays, du fait de sa position centrale et stratégique et sensibles à cette préoccupation, sans cesse renouvelée de leurs mandants que les honorables Baba Sylla et Kouassi Kouamé Patrice dit Kkp députés Pdci-Rda de la commune de Yamoussoukro, ont organisé, samedi 07 septembre 2019, en collaboration avec l’Union nationale des Donneurs de sang de Côte d’Ivoire, section de ladite commune, une collecte de sang à leur permanence au quartier 220 logements. Une action humanitaire hautement appréciée par les populations. Objectif de cette opération : 500 poches de sang. Pour Kkp, ‘’nous sommes tous égaux face à la maladie et même à la mort’’, c’est pourquoi à l’en croire, l’opération concerne toutes les populations dans leur ensemble, sans distinction de classe sociale ni de parti politique.

L’honorable Baba Sylla, ancien président des Donneurs de sang de Yamoussoukro, au-delà de cette action sociale, l’accent sera, les jours à venir, mis sur le planting d’arbres le long des artères de la ville et le ramassage des nombreuses ordures qui jonchent les rues de la capitale politique de la Côte d’Ivoire.
Assoua Jean Marie, du Centre de transfusion de Yamoussoukro, soutient que les besoins sont plus criants au niveau du service de la pédiatrie de Chr de la commune ; surtout pour les enfants de 0 à 5 ans, de la maternité, après les accouchements, du bloc opératoire, des insuffisants rénaux et des accidentés.

Pour Dongo Kobenan Magloire, président des donneurs de sang de Yamoussoukro, il s’agit de fidéliser les 10 500 donneurs recensés au niveau de Yamoussoukro et de la Région de la Marahoué afin de combler le déficit en sang.
En ce qui concerne les nombreux seniors (personnes âgées) qui ont fait le déplacement pour ce don - l’âge du donneur doit être compris entre 18 et 60 ans -, les honorables députés ont souhaité que les médecins prennent leur tension, ‘’pour s’assurer qu’ils sont bien en bonne santé’’ et leur sang pour établir leur carte de groupe sanguin.

Jean Michael