06
Ven, Déc

Sidiki Diakité, ministre de l'Intérieur et de la Sécurité

Société

Le corps sans vie de N'guessan Kouamé, cultivateur, la quarantaine passée, a été retrouvé le mercredi 7 aout, flottant dans les eaux du fleuve N'zi.


Alors que la famille pensait que ce serait comme à ses habitudes ou il regagnait la maison après de longues heures de promenade, cette fois-ci, les choses ont malheureusement tourné au drame. Disparu le dimanche, le corps sans vie de N'guessan Kouamé, cultivateur, la quarantaine passée, a été retrouvé le mercredi 7 aout flottant dans les eaux du fleuve N'ZI. Et pourtant, ce ne sont pas les recherches et appels à la radio communale qui ont manqué. Résidant au quartier Dioulakro, N'guessan Kouamé, selon les témoignages, souffrait de troubles mentaux, état confirmé par des membres de la famille. Le corps sans vie était déjà en état de putréfaction quand il a été découvert.

Au regard des us et coutumes, le corps a été enseveli aux abords du fleuve. Ses amis trouvent cette mort curieuse vu que personne ne l'a aperçu se balader à cet endroit. Des faits curieux qui ne cessent de se multiplier dans cette cité réputée de paisible. En juillet dernier, le corps sans vie d'un homme non identifié a été repêché dans le N'zi. Début mois d'août, le premier notable du chef du village krokokro, faisant office de chef résident, a trouvé la mort alors qu'il faisait du footing. Plus étonnant, la mort brutale d'un employé au Chr de la ville. Il a perdu la vie alors qu'il se trouvait sur une table après avoir consommé une sucrerie.

E. ZOUHOMAN