Sidebar

23
Ven, Aoû

Cancer du sein et du col de l’utérus/Plus d’un millier de femmes dépistées à Dimbokro

Société
Typographie

 Malheureusement, les femmes, en majorité rurales, souffrent le plus souvent, du cancer du sein et du col de l’utérus sans le savoir.


Des femmes de Dimbokro et de la sous-préfecture de Djangokro ont bénéficié d’un dépistage gratuit du cancers du sein et du col de l’utérus. C’était les 22 et 23 juin à l’occasion de la journée de dépistage et de sensibilisation organisée par la Fondation Femmes shunamites en action (Fsa) en collaboration avec le Programme national de lutte contre le cancer, la Bourse régionale des valeurs mobiliers (Brvm) et l’Association ivoirienne pour le bien-être familial (Aibf). Venues des 14 quartiers de la commune de Dimbokro et des 17 villages de la sous-préfecture de Djangokro, les femmes, au nombre de 1500, ont saisi cette opportunités pour se faire dépister et se mettre à l’abri des surprises désagréables. Pour Mme Beugré Fox Sylvie, présidente de cette fondation et initiatrice de la cérémonie, l’action humanitaire se fait en tout temps et en tout lieu : ‘’des personnes démunies ou ignorantes se meurent par faute de moyens ou par faute de connaissance. Malheureusement, les femmes, en majorité rurales, souffrent le plus souvent du cancer du sein et du col de l’utérus sans le savoir.

Il nous revient donc de les aider à sortir de cette ignorance’’, a-t-elle déclaré. Quant à Mme Jocelyn Yobouet, au nom du Directeur de la Brvm, elle a demandé aux hommes d’éviter de fustiger les femmes qui souffrent du cancer du sein et du col de l’utérus : ‘’je saisi l’opportunité de cette journée de sensibilisation et de dépistage gratuit pour interpeler les hommes et pour les exhorter à jouer un rôle prépondérant dans les campagnes de sensibilisation et d’accompagnement de leurs conjointes, leurs sœurs, leurs mères et leurs filles dans cette lutte afin qu’elles ne sombrent pas dans l’ignorance’’, a-t-elle plaidé. Elle estime qu’il urge de venir en aide aux femmes. C’est la raison pour laquelle elle a souligné que la Brvm ne peut rester en marge de cette lutte et de cette opération qui ‘’brise le cycle de l’ignorance’’. Pour le préfet de Dimbokro par intérim, Soro Sana, le slogan de la fondation ‘’non à la mort, oui à la vie, dépistons-nous pour sauver nos vies’’, est un message poignant qui interpelle toute la société et toutes les forces vives afin de conjuguer leurs efforts pour accompagner la Fondation et ses partenaires dans cette ‘’action humanitaire’’.

E. ZOUHOMAN