Sidebar

23
Ven, Aoû

Lutte contre le paludisme/Aka Aouélé invite les acteurs à ‘’plus d’engagements’’

Société
Typographie

Le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique a demandé aux populations de conjuguer leurs efforts pour réduire l’impact de cette maladie.


Aka Aouélé, ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, a déclaré à Dimbokro, le 9 mai dernier, dans la cour de la préfecture, que la journée mondiale de la lutte contre le paludisme constitue l’occasion de « faire le bilan, de sensibiliser et de mobiliser les décideurs, les partenaires financiers, les acteurs et les bénéficiaires de la lutte contre le paludisme à plus d’engagement pour l’élimination de cette maladie». C’était à l’occasion de la célébration de la 12e édition de la journée mondiale de la lutte contre le paludisme. Ce, en présence du représentant de l’Ambassadeur de France en Côte d’Ivoire et de celui de l’Usaid. Autour du thème : « Zéro paludisme, je m’engage ».

Aka Aouélé a, par ailleurs, souligné le caractère ‘’nocif’’ et ‘’destructeur’’ du paludisme qui reste, à l’en croire, le premier problème de santé publique. Pour étayer ses propos, il a révélé que selon le dernier rapport mondial sur le paludisme, 219 millions de cas de paludisme ont été enregistrés en 2017 à travers le monde, dont 200 millions dans les régions d’Afrique. L’Afrique de l’Ouest a-t-il fait savoir, se distingue par le plus grand nombre de décès ; soit environ 93%. Pourtant, en dépit des progrès ‘’remarquables’’ enregistrés, note-t-il, le chemin pour parvenir à l’élimination du paludisme en Côte d’Ivoire est encore long. C’est pourquoi, à l’en croire, le gouvernement ivoirien a fait de la lutte contre le paludisme une de ses priorités. Il a donc demandé aux populations de conjuguer leurs efforts pour réduire l’impact de cette maladie que l’on peut éviter en changeant de comportement afin de parvenir à son élimination en Côte d’Ivoire d’ici 2030.

Pour l’occasion, les populations et autorités administratives de l’Iffou, du Moronou se sont jointes à celles du N’zi pour évaluer les activités menées et celles à concevoir pour mener à bien la lutte contre le paludisme.
Des dons de matériels de salubrité et d’hygiène ont été faits au Chr et la cérémonie s’est achevée par une visite de la délégation du ministre dans ce centre hospitalier régional en vu de faire l’état des lieux.

E. ZOUHOMAN