Sidebar

14
Lun, Oct

Construction du stade de Yamoussoukro pour la Can 2023/850 corps à exhumer en urgence !

Société
Typographie

D’un coût de 56 milliards Cfa, les travaux vont porter sur 04 lots dont un stade de 20 000 places, une cité Can de 32 villas de 05 pièces chacune et 04 terrains d’entrainement.


M. G. H. qui vit à Gagnoa où il est enseignant et qui devait se rendre dans son village, vers Daoukro, aux obsèques de son jeune frère, a dû refaire son programme le week-end dernier. Il avait été appelé d’urgence, le jour du voyage, alors qu’il franchissait la ville de N’douci, par les notables du village de Kpangbassou, dans la commune de Yamoussoukro. Il est prié de se rendre à dans la capitale politique ivoirienne, pour procéder à l’exhumation de son fils ainé, décédé 04 ans plutôt et inhumé dans le cimetière de village. Toute affaire cessante, M. G. H. se rend à Kpangbassou où l’attend son épouse en pleurs. Il apprend que le cercueil leur est offert pour le transport des restes de son fils, tout comme ils sont exonérés des frais d’inhumation. En revanche, pour ‘’les mannes des ancêtres’’, la chefferie du village qui abrite le cimetière exige une bouteille de liqueur et un pagne, pour chaque corps à déterrer.
La construction du stade dans le village de Kpangbassou, ne fait donc pas que des heureux. M. G. H. fait partie, en effet, des familles des 850 tombes de ce village qui sont sommées de les exhumer au plus vite, car les travaux de ce stade sensé abriter la Coupe d’Afrique des Nations de Football, organisée par la Côte d’Ivoire en 2023, ont démarré.
Il sera bâti sur une superficie de 39 ha dont 20 pour le stade proprement dit.

Quant aux familles qui y ont enterré des membres, elles ne décolèrent pas. Dame Clémentine Z. dit ne pas comprendre que l’Etat ivoirien ne puisse pas trouver d’autres lieux pour construire un stade au point de les obliger à déterrer des corps. ‘’C’est douloureux de revivre encore tout çà’’, déclare-t-elle, dépitée.
Le fait est que bien souvent, souligne un des jeunes ‘’casseurs de tombes’’ (leur rôle est de casser les tombes pour ramasser les restes afin de les déposer dans les cercueils) ; mobilisés par le village, les corps n’arrivent pas à entrer dans le cercueil proposé aux familles. Certains se contentent de ‘’sachets mortuaires’’ pour ensevelir leurs corps. ‘’Une fois, poursuit-il, une dame était tellement fâchée qu’elle est allée acheter, elle-même, un cercueil pour son fils décédé.

M. G. H., lui, a confié à notre équipe de reportage, qu’alors que tout était fin prêt pour accompagner son fils à cette nouvelle dernière demeure, sa femme et lui sont informés que la benne qui doit transporter les corps (elle le fait pour plusieurs corps à la fois), sur la route d’Attiégouakro (15 km de Yamoussoukro), où se trouve le nouveau cimetière, vient de tomber en panne. Après plus de 04h d’attente (14h-18h), le mécanicien n’ayant pas pu réparer le camion, un autre rendez-vous a été pris le lendemain à 7h pour pouvoir accompagner ‘’dignement’’ leur fils mort quatre ans plus tôt.
Selon l’un des notables du village de Kpangbassou, jusqu’à la semaine dernière, environ 485 corps avaient été exhumés depuis le début de l’opération mais il dit être de plus en plus inquiet car il est ‘’harcelé’’ par ceux qui conduisent les travaux, ‘’pour pouvoir tenir dans les délais’’. Les différentes communautés vivant à Yamoussoukro ont été sollicitées par divers canaux pour information de leurs membres, mais ‘’les choses trainent’’.

Irait-on alors vers une fosse commune pour les corps restants ?
Pour rappel, après appel d’offres international, c’est l’entreprise française, Sogea-Satom, qui a été désignée pour construire le stade de Yamoussoukro. D’un coût de 56 milliards Cfa, les travaux vont porter sur 04 lots dont un stade de 20 000 places, une cité Can de 32 villas de 05 pièces chacune et 04 terrains d’entrainement. La 1ère pierre de ce stade moderne, entièrement couvert, a été posé par Amadou Gon Coulibaly, Premier ministre, ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat, le 09 octobre 2018 à Yamoussoukro. (Source : mondialsport.net)

Clémentine Touré