Sidebar

15
Mar, Oct

Danho Paulin (président de l’Uvicoci) : ‘’que les femmes sortent des lamentations...’’

Société
Typographie

Les relations entre les sexes pèsent sur la répartition des richesses, l’accès aux services et aux facteurs de production’’, soutient Mme Antonia Ngabala Sodonon, Représentante Résidente de Onu-Femmes en Côte d’Ivoire.


Danho Claude Paulin, ministre des Sports, par ailleurs président de l’Union des villes et communes de Côte d’Ivoire (Uvicoci), a plaidé lundi, 08 avril 2019, à l’hôtel des Parlementaires de Yamoussoukro, pour que les femmes sortent des ‘’lamentations’’ et contribuent à ‘’reformater les esprits’’ pour une meilleure place de la femme dans la société. C’était lors de l’ouverture d’un atelier de renforcement des capacités des femmes élues, dans la capitale politique ivoirienne, organisé par Onu femmes.
En tant que ‘’bras séculiers du gouvernement’’, Danho Paulin a demandé aux femmes maires, de saisir l’opportunité du volet social du gouvernement pour améliorer les conditions de vie des populations et pour reformuler les budgets des communes.
L’objectif général de ce séminaire qui prend fin le 11 avril prochain, est de renforcer les capacités techniques des élues et de leur offrir des outils adaptés pour un meilleur exercice de leur mandat.

Au nom de la ministre Ly-Ramata Bakayoko, Doumbia Yacouba, Directeur de cabinet au ministère de la femme, de la Famille et de l’Enfant a expliqué aux élues, les trois opportunités à saisir, actuellement. Il s’agit, selon lui, du programme social du gouvernement qui doit être une aubaine pour elles pour établir des plans d’actions à expérimenter dans les collectivités.
Il s’agit également de la future loi sur le quota de 30% de femmes fixé par le Président de la République, Alassane Ouattara, pour relever le nombre de femmes dans les collectivités locales. Doumbia Yacouba a cité l’exemple du Sénat où ‘’pour joindre l’acte à la parole’’, le Chef de l’Etat ivoirien a choisi 11 femmes sur 33 sénateurs nommés.

Le Directeur de cabinet au ministère de la femme, de la Famille et de l’Enfant a aussi cité l’adoption de budgets-programme pour, selon lui, rompre avec ‘’l’opacité’’, ‘’le secret’’ afin que les populations sachent véritablement ce qui est prévu pour leur bien-être et comment l’argent est dépensé.
‘’Dans un contexte de valorisation des efforts des collectivités territoriales, c’est au niveau des territoires que la question liée à la réduction, voire l’éradication des inégalités doit s’exprimer. Parce que les relations entre les sexes pèsent sur la répartition des richesses, l’accès aux services et aux facteurs de production’’, a soutenu Mme Antonia Ngabala Sodonon, Représentante Résidente de Onu-Femmes en Côte d’Ivoire. C’est pourquoi, pour elle, ‘’il est essentiel de se pencher sur le budget qui s’avère être l’instrument de politique économique majeure, pour contribuer à rétablir l’autonomisation des femmes’’.

Ce séminaire prend en compte l’intégration du genre dans la gestion des collectivités, la planification et la budgétisation sensible au genre.
Au terme des élections municipales dernières, tenues dans le dernier trimestre de l’année 2018, 16 femmes ont été élues sur un total de 201 maires.

Clémentine Touré