13
Mer, Nov

Société

‘’Le gouvernement recherche, à travers des mesures spécifiques, l’optimisation du rendement de notre système fiscal’’, a déclaré Amadou Gon Coulibaly, Premier ministre.

© cotedivoire-today.net – Mardi 29 Mai 2018 - Ceux des ivoiriens ou étrangers vivant dans le pays, qui ont perdu un parent et l’ont conservé dans les morgues d’Abidjan ou dans la périphérie, ces jours-ci, ont dû faire l’amer constat : les prix  de la conservation des corps ont flambé depuis quelques mois. Autour d’Abidjan les prix pratiqués par jour sont passés de 3 500 F à 5 500 Fcfa ; soit une hausse de 2 000 Fcfa. Au siège d’Ivosep à Treichville, les prix pratiqués sont également passés de 5500 à 7500 ; soit 2000 Fcfa en plus. En outre, avec l’annexe fiscale 2018, il est appliqué systématiquement une Taxe sur la valeur ajoutée (Tva) de 18 % à chaque catégorie. Elle n’existait pas jusque-là. Ce qui revient respectivement à 6490 F et 8850 Fcfa (Ivosep), par jour. L'augmentation avec la Tva est donc de plus 85% pour le consommateur ivoirien.

On se rappelle que l’annexe fiscale 2018 avait suscité une véritable levée de boucliers chez les opérateurs économiques ivoiriens. Jean Kacou Diagou, ancien président du Patronat ivoirien et président actuel de la Fédération des organisations patronales de l’Afrique de l’ouest (Fopao), avait estimé, le 9 janvier dernier, devant les opérateurs économiques, que cette annexe était ‘’un retour en arrière’’. Ajoutant : ‘’l’annexe fiscale 2018 a été confectionnée sans l’apport du patronat’’.
Pour lui, cette attitude du gouvernement vient remettre en cause ‘’l’une des spécificités de la Côte d’Ivoire’’, à savoir le dialogue qui a toujours existé entre l’Etat et le secteur privé. Ce qui, selon lui, a contribué à l’amélioration du climat des affaires en Côte d’Ivoire.

L’ancien président du Patronat ivoirien soutient d’ailleurs que ‘’toutes les taxes instaurées dans cette annexe fiscale ne feront que fuir les entreprises. Au mieux, certaines s’installeront dans l’informel afin d’échapper à la pression fiscale.
Lors de sa conférence de presse du 14 février 2018, Amadou Gon Coulibaly, Premier ministre, ministre de l’Economie, des Finances, du Budget et du Portefeuille de l’Etat, a annoncé que le dialogue sur l’annexe fiscale 2018 a été de nouveau abordé et a permis d’aboutir à des ‘’solutions consensuelles’’ basées sur des ‘’compromis concédés par les deux parties’’.

‘’Le Gouvernement s’efforce de faire du processus d’élaboration de l’annexe fiscale un cadre d’échanges avec le secteur privé afin d’améliorer sa compétitivité, tout en recherchant à travers des mesures spécifiques l’optimisation du rendement de notre système fiscal’’, a déclaré Amadou Gon Coulibaly.
Avant d’informer que  ‘’la version amendée de l’annexe fiscale 2018 a été adoptée ce jour en Conseil des ministres par ordonnance, et rentrera en vigueur dès demain, jeudi 15 février 2018’’. 

Pour l’ancien Secrétaire général du gouvernement, ‘’le gouvernement et le secteur privé continueront à travailler et à chercher ensemble des mesures privilégiant l’élargissement de l’assiette fiscale et la lutte contre la contrebande sur certains produits, notamment le tabac et les boissons alcoolisées’’.
Avec le surenchérissement des coûts actuellement des corps dans les morgues ivoiriennes, on peut bien croire que l’annexe fiscale 2018 réserve bien de surprises en termes ‘’d’élargissement de l’assiette fiscale’’.

Clémentine Touré