Sidebar

23
Jeu, Mai

Tabaski 2017/Le calvaire des automobilistes

Société
Typographie

Comment le gouvernement peut-il autoriser un tel commerce sur le Vge, se plaint un automobiliste, après plusieurs heures d’embouteillage alors qu’il se rend à l’aéroport pour un voyage à l’extérieur.


Ceux qui ont le plus souffert pendant cette fête des musulmans ivoiriens, la Tabaski, sont sans conteste, les automobilistes. Du fait des embouteillages occasionnés par la package des moutons de part et d’autre d’une voie aussi importante et usitée comme le Boulevard Valéry Giscard D’Estaing (Vge). C’est la seule voie qui relie l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny de Port-Bouët, au reste de la ville d’Abidjan. Contrairement aux années passées où les moutons étaient disposés sur le côté droit, en venant de la commune de Koumassi, de la station Total à l’abattoir de Port-Bouët, cette fois, les moutons sont également parqués et l’autre côté de cette voie passante. D’où l’embouteillage causé par les incessantes traversées des acheteurs, des gens du petit commerce (eau glacée, vendeurs de cordes, de chips, de feuilles pour l’alimentation des moutons…).

Comment le gouvernement peut-il autoriser un tel commerce sur le Vge, se plaint un automobiliste, après plusieurs heures d’embouteillage alors qu’il se rend à l’aéroport pour un voyage à l’extérieur. Un autre qui a requis l’anonymat a dû garer sur le bas-côté de la route, parce que sa voiture chauffait.  C’est que la queue des véhicules se trouvait, bien de fois, au grand carrefour de Koumassi, quand la tête est vers la statue Akwaba et de l’autre côté, vers le 43è Bima, du côté de Port-Bouët. La veille de la Tabaski, un grand déploiement des Forces de défense et de sécurité a permis de fluidifier quelque peu, le trafic, mais…

Jean Michael