Sidebar

26
Lun, Aoû

Bocanda/Le centre de santé de Konan N’drikro va coûter près de 120 millions de Fcfa

Société
Typographie

Les populations des villages de Konan Ndrikro, Kofi Kouadiokro, Gbanan Koffikro, Kongobo, Abognikro, Kromikro, Kotokounou et Djahassou estimées à plus de 5000 habitants, pousseront, bientôt, un ouf de soulagement, avec la construction de leur centre de santé, à l’initiative de la Mutuelle de développement économique et social de Konan N’drikro.

Elles qui sont obligées de parcourir, des fois, plus de 15km pour se rendre au centre de santé de Gbonou. Surtout les malades et les femmes enceintes, qui, bien souvent, sont transportés à moto ou à vélo. La cérémonie de pose de première pierre du centre de santé du village de Konan N’drikro, dans la sous-préfecture de Bocanda, d’un coût total estimé à 116 031 045 Fcfa Ttc, a eu lieu le 17 avril dernier en présence des autorités administratives du département, notamment Soro Fatogoma, préfet du département ainsi que du secrétaire général de préfecture, de Mme le sous-préfet et du Directeur départemental de la santé représentant la ministre Raymonde Goudou ; sans oublier les autorités politiques, coutumières et les cadres.

Le centre de santé comprendra un dispensaire, une maternité et deux logements jumelés (infirmier et sage-femme). La pose de la 1ère pierre qui a coïncidé avec les festivités de paquinou, a été placée sous le parrainage de l’Honorable Olivier Akoto, député de Daoukro et Ngattakro.


 Celui a saisi l’occasion pour appeler à l’entente et à la cohésion pour le développement de ce village et de tous les villages du département de Bocanda. Pour faire accélérer les travaux afin qu’ils prennent fin d’ici la fin de l’année, le député de Daoukro a offert une tonne de ciment. Un pas que lui a emboité N’guessan Barthélémy, Directeur général du Foncier et de l’Urbanisme au ministère de la construction et cadre de la région, en offrant, à son tour, cinq tonnes de ciment.
Rappelons que la construction du centre de santé de Konan Ndrikro a été autorisée par le ministère en charge de la Santé par courrier n°913/MSPS/DIEP/ du 23 mars 1993.

Fraternité Matin du 05/05/17