29
Dim, Mar

Politique

Ce fidèle compagnon de Ouattara qui n’aime pas cette manière ‘’cavalière’’ de désigner le candidat du parti à une élection aussi capitale, a boudé la rencontre du Conseil politique du 12 mars.


Marcel Amon Tanoh, le plus ‘’alassaniste’’ des fidèles du Rassemblement des Républicains (Rdr), parti d’Alassane Ouattara, Président de la Côte d’Ivoire, créé le 27 septembre 1994, n'est plus ministre des Affaires étrangères de la Côte d'Ivoire. Poste qu’il occupe depuis le 15 janvier 2017. Dans une déclaration, le jeudi 19 mars 2020, dont cotedivoire-today.net a reçu copie, le Chef de la diplomatie ivoirienne annonce officiellement sa démission du gouvernement Amadou Gon Coulibaly. "Chères sœurs, chers frères, en tant qu’homme publique ayant assumé de nombreuses responsabilités au service de mon pays, je me dois de m’adresser à vous directement, pour vous informer de ma démission du gouvernement", lit-on dans cette courte déclaration, publiée également sur sa page Facebook. Le natif d’Aboisso (sud-est du pays à une cinquantaine de km d’Abidjan), tient tout de même à "remercier le Président de la République, S.E.M. Alassane Ouattara, pour l’honneur qu’il m’a fait en me confiant des responsabilités au plus haut niveau de l’Etat, en qualité de Ministre Directeur de Cabinet, puis Ministre des Affaires Etrangères. J’ai travaillé à ses côtés en toute loyauté, en prenant toujours soin de lui faire part de mon honnête opinion en toutes circonstances". L'ex ministre des Affaires étrangères soutient que ‘’seuls la grandeur de la Côte d’Ivoire, la justice, la démocratie et le bonheur des Ivoiriens ont constamment motivé [son[ engagement politique’’.

La folle rumeur qui s’était emparée de la Côte d’Ivoire sur ses ambitions politiques et son hostilité pour la candidature imposée d’Amadou Gon Coulibaly et amplifiées depuis l’annonce de la non candidature d’Alassane Ouattara pour la présidentielle du 31 octobre 2020, prend donc fin, ce jeudi, 19 mars. Le 12 mars dernier, on se rappelle, alors que certains cadres souhaitaient un débat interne et d’autres, des élections primaires, pour désigner le candidat du Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp, coalition au pouvoir), à la présidentielle du 31 octobre prochain, Alassane Ouattara a décidé que c’est son Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly. Certainement la goutte d’eau de trop, pour Amon Tanoh. Ce fidèle compagnon de Ouattara qui n’aime pas cette manière ‘’cavalière’’ de désigner le candidat du parti à une élection aussi capitale, a boudé la rencontre du Conseil politique du 12 mars. Sans doute, pour faire ses valises. Malgré la modification ''forcée'' de la Constitution du 08 novembre 2016, pour donner un peu d’assurance et de contenance au candidat du parti, cette démission de l’ancien Directeur de cabinet du N°1 ivoirien est comme du gravier dans l’attiéké du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, candidat du Rhdp.

Jean Michael