31
Mar, Mar

Le nouveau Nonce apostolique, Mgr Paolo Borgia, a parlé au nom du Corps diplomatique

Politique

Alassane Ouattara lorgne vers la modification de la Constitution de 2016, à 10 mois de l’élection présidentielle, pour un 3è mandat, très contesté par l’opposition et la société civile ivoiriennes.


Le nouveau Nonce apostolique, Mgr Paolo Borgia, qui a présenté le vendredi 03 janvier 2020 seulement, ses Lettres de créance au Président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, marque déjà ses inquiétudes et celle de la communauté internationale quant à la situation socio-politique du pays. ‘’Tous les acteurs et partenaires électoraux devraient participer au travail de la Commission électorale indépendante, conformément à la Constitution et aux standards internationaux en matière d’élections. Cela contribuera, sans aucun doute, à ce que tous se reconnaissent dans le résultat et soient prêts à collaborer avec le nouveau chef d’État légitimé par les urne’’, a-t-il plaidé. Mais comme il fallait s’y attendre, ce plaidoyer des Ambassadeurs et des responsables de toutes les organisations internationales accrédités en Côte d’Ivoire, a été balayé du revers de la main par le N°1 ivoirien. ‘’Les dernières élections, régionale et municipale, ont confirmé la capacité de notre pays à organiser des élections crédibles et démocratiques, en illustration du bon fonctionnement de la Commission Électorale Indépendante (Cei) et des Institutions judiciaires.

Les résultats issus de ce scrutin témoignent de la stabilité de notre pays. La recomposition du paysage politique est une preuve du dynamisme de notre démocratie. Il est important que cette recomposition se fasse dans l’esprit de dialogue, de tolérance, de respect et de considération que nous avons toujours développé dans notre beau pays et qu’elle permette de renforcer la démocratie, de proposer des solutions aux problèmes des Ivoiriens et d’œuvrer pour la paix’’, a-t-il rétorqué. Pour le Chef de l’Etat ivoirien, ‘’toutes les conditions sont maintenant réunies pour que l’élection présidentielle à venir soit juste, transparente, ouverte et apaisée’’. Ajoutant : ‘’les préparatifs de ce scrutin se déroulent normalement. La loi portant recomposition de la Commission électorale indépendante a été promulguée le 6 août 2019. Les 15 membres de la Commission centrale ont prêté serment le 27 septembre et les commissions électorales locales ont été installées.’’ Répétant ce qu’il avait déjà dit lors de son message à la Nation de la St Sylvestre dernière, il a laissé entendre que le gouvernement recevra ‘’dans le 1er trimestre 2020, les partis politiques et la société civile pour finaliser le travail sur le code électoral’’. Au moment où il lorgne vers la modification de la Constitution de 2016, à 10 mois de l’élection présidentielle pour un 3è mandat, très contesté par l’opposition et la société civile ivoiriennes qui estiment que ladite Constitution ne lui permet justement pas un autre mandat, après deux précédents (2010 et 2015).

Jean Michael