31
Mar, Mar

La rencontre des militants du Fpi a été soutenue par ceux du Pdci-Rda

Politique

"Les ivoiriens ne veulent plus revivre ce passé douloureux qui a endeuillé le pays", déclare le Vice-président du Fpi.


Dans le cadre de ˝la tournée de réconciliation nationale pour la paix et le retour du Président Laurent Gbagbo ˝ une délégation du Front populaire ivoirien (Fpi), tendance Assoa Adou, conduite par le ministre Emile Guiriéoulou, vice-président dudit parti, était à Dimbokro, capitale de la Région du N’zi, le 7 décembre dernier. A la salle de l’union de la jeunesse communale de Dimbokro (Ujicodi) où les militants du parti se sont rendus nombreux, accompagnés d’une forte délégation du Pdci-Rda, conduite par le délégué départemental Giscard Koffi, le vice-président du Fpi, dès l’entame de ses propos, a plaidé pour une Côte d’Ivoire unie dans la paix. Pour le Fpi, les élections de 2020 ne font pas l’objet d’une focalisation vu ‘’les conditions de vie difficiles des populations’’. Il urge, selon lui, non seulement d’entreprendre des démarches pour le retour du président Laurent Gbagbo, ex-Président de la République, vu qu’il a été acquitté de son incarcération et son procès à la Cpi à la suite de la crise postélectorale ivoirienne qui a fait officiellement plus de 3000 morts, mais aussi de créer des conditions favorables d’une élection apaisée. ˝ Trop de sang a coulé en Côte d’Ivoire à cause des élections et les ivoiriens ne veulent plus revivre ce passé douloureux qui a endeuillé le pays. L’heure du sursaut national  a sonné afin d’exiger du  gouvernement du président Alassane Ouattara, d’aller à la réconciliation vraie.˝, a-t-il soutenu.

S’agissant du président du président Laurent Gbagbo, il estime que ˝ si juridiquement on ne lui reproche rien vu qu’il est acquitté, que l’on cesse de le maintenir en otage afin qu’il rentre dans son pays pour continuer sa vie politique .˝ Sous une forme imagée, il a interpelé le chef de l’Etat ivoiren :˝ le vent qui souffle n’est qu’une brise qui deviendra bientôt un ouragan˝. Le Fpi demande donc à Alassane Ouattara la volonté politique d’aller à la réconciliation et à la paix en acceptant les mains tendues des présidents Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. Pour les élections de 2020, le messager du Fpi fait le constat que l’horizon n’est pas du tout reluisant. Il préconise donc une commission électorale indépendante(CEI) consensuelle, une liste électorale fiable ; ce qui permettra, selon lui, d’aller à une élection libre et transparente. Message corroboré par Bema Fofana, fédéral Fpi de Dimbokro et M’bra Rose, secrétaire nationale du parti chargé du N’zi. Ensemble, ils souhaitent le retour du président Laurent Gbagbo pour la paix en Côte d’Ivoire en vue  d’un développement harmonieux. Le délégué départemental du Pdci-Rda Dimbokro, Giscard Koffi, n’a pas manqué de souligner la parfaite union entre son parti et celui de Laurent Gbagbo. ˝ Nous, Pdci du président Henri Konan Bédié, sommes prêts à accompagner le Fpi  dans toutes ses actions afin que la division, l’illégalité et la mésentente qui s’installent durablement en Côte d’Ivoire prennent fin˝. Une visite au cimetière des martyrs pour s’incliner devant la mémoire des combattants d’hier, a mis fin à la cérémonie.

E. ZOUHOMAN