Sidebar

23
Ven, Aoû

Camouflet de la Cedeao et du Pdci/Amadou Soumahoro ne sait plus où donner de la tête

Politique
Typographie

Le Bureau doit être le reflet de la configuration politique de l’Assemblée nationale.


Le moins que l’on puisse dire, est que le nouveau Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Amadou Soumahoro, élu le 07 mars dernier, en remplacement de Guillaume Soro, contraint à la démission pour avoir refusé d’adhérer au nouveau parti unifié, Rhdp, ne sait plus où donner de la tête.
Dans un courrier en date du 07 mai 2019, à lui adressé par le Parlement de la Cedeao, l’institution sous régionale lui exprime ses ‘’regrets’’ de ne pas procéder au remplacement des honorables députés ivoiriens, Salé Poli et Touré Yah qui ont respectivement prêté serment le 04 février 2016 et 08 mars 2019, comme demandé par le président de l’Assemblée nationale ivoirienne, dans un courrier en date du 30 avril 2019.

Conformément à l’article 18.2.a de l’Acte additionnel du Règlement du Parlement de la Cedeao, en effet, ‘’le député est élu pour une période de quatre ans. Le mandat court à partir de la date d’installation du Parlement par le Président de la Conférence. Leur mandat prend fin le dernier jour de la législature’’.
En outre, le règlement intérieur de la quatrième législature en cours, en son article 4.2 stipule : ‘’le député qui a prêté serment au Parlement de la Cedeao en demeure membre et ne peut être ni remplacé ni démis, tant qu’il siège dans son Parlement national’’.

Un véritable camouflet pour une institution aussi importante que l’Assemblée nationale, mais aussi pour le Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix, parti unifié !
Déjà à son élection à la tête de cette institution, les députés de l’opposition avaient boycotté la cérémonie malgré la présence de tous les membres du gouvernement conduits par le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly et le Vice-président de la République, Daniel Kablan Duncan. Celle-ci avait déclaré qu’alors même que le Bureau de l’Assemblée nationale avait opté pour un bulletin unique lors du vote, le président par intérim, Diawara Mamadou, avait fait volte-face, la veille du scrutin, après, dit-on, une rencontre au sommet, pour des bulletins multiples.

Depuis quelques jours, la tension est vive au sein de l’hémicycle ivoirien, où Amadou Soumahoro tente, vaille que vaille, d’imposer un Bureau de l’Assemblée nationale. Le Rhdp, son parti, se taille 09 vice-présidents sur 11 ; 10 secrétaires sur 12 et deux questeurs sur trois. Seuls deux postes de vice-présidents et 02 secrétaires sont ‘’attribués’’ au Pdci-Rda, parti d’Henri Konan Bédié. Quant aux autres Groupes parlementaires de l’opposition, notamment Vox Populi de la députée de cocody, Yasmina Ouégnin et le Rassemblement, proche de Guillaume Soro, aucun poste ne leur est proposé dans ce Bureau, qui est l’organe directeur de l’Assemblée nationale (Règlement de l’Assemblée nationale), ayant tous pouvoirs pour présider aux délibérations de l’Assemblée nationale, organiser et assurer la haute direction des Sous-directions. Il détermine par le présent Règlement administratif l’organisation et le fonctionnement des Sous-directions de l’Assemblée nationale et adopte le Statut du personnel.
Le Bureau a tous pouvoirs pour présider aux délibérations de l’Assemblée ainsi que pour organiser et assurer la haute direction de tous les services dans les conditions déterminées par le Règlement de l’Assemblée nationale.

On n’oublie pas d’indiquer également les deux attributions principales du Bureau de  l’Assemblée nationale : sa compétence en matière d’immunité parlementaire hors session (Article 92) et la direction de la séance lorsque l’Assemblée nationale et le Sénat se réunissent en Congrès (Article 98).
En date du 08 mai 2019, les Honorables Anigo épse Attoungbré Affoué, députée de Bouaké et Camara Kinaya Juliette, députée de Katiola, viennent d’adresser des courriers au Président de l’Assemblée nationale par lesquels elles disent être ‘’dans l’obligation de ne pas donner une suite favorable à votre proposition de me nommer au sein du Bureau de  l’Assemblée nationale’’. Raison évoquée : ‘’contrairement à la pratique parlementaire, le Groupe parlementaire Pdci-Rda auquel j’appartiens n’a pas été consulté ou n’a pas donné son agrément à la proposition de nomination que vous me faites’’. Un autre camouflet infligé au Rhdp !

Par ce passage en force, l’ancien ministre du Commerce viole l’article 08 alinéa 2 du Règlement de l’Assemblée qui stipule : ‘’les autres membres du Bureau sont élus pour un an renouvelable sur proposition du Président de l’Assemblée nationale, après consultation des Groupes parlementaires’’.
De plus, Maurice Kakou Guikahué, président du Groupe parlementaire Pdci-Rda fait savoir, comme le disent les textes de cette institution que ‘’le Bureau doit être le reflet de la configuration politique de l’Assemblée nationale’’. Ce que ne semble pas entendre de la même oreille l’ancien Secrétaire général par intérim du Rassemblement des Républicains (Rdr).

Jean Michael