Sidebar

22
Dim, Sep

Règlement des conflits/Le Médiateur de la République préconise, depuis Dimbokro, le dialogue

Politique
Typographie

‘’Ne transformons pas le débat politique et le jeu démocratique en foire d'injures et d'insultes’’, suggère Adama Toungara.


Adama Toungara, Médiateur de la République, a eu une séance de travail, mercredi 13 mars 2019, avec les populations dans les locaux de la préfecture de Dimbokro. Abordant l'actualité sociale, il a évoqué les grèves qui paralysent les Universités, lycées et collèges, depuis des mois. Devant cette situation qu'il a qualifiée de grave, il dit s'être impliqué pour ramener la paix et la quiétude à l'école. Le Médiateur de la République a saisi cette opportunité pour lancer un appel au dialogue et au bon sens aux uns et aux autres. Aux associations de jeunesses, chefs coutumiers et religieux, il leur préconise la prévention des conflits, la voix du dialogue comme moyen de règlement des conflits. Aux hommes politiques, il leur a conseillé le bon ton dans les débats :" Evitez les paroles qui blessent car la parole peut être aussi dangereuse qu'une balle tirée d'un fusil et surtout ne transformons pas le débat politique et le jeu démocratique en foire d'injures et d'insultes" a-t-il conseillé.

Adama Toungara entame une série de visite aux délégations régionales de la médiature. Il s'agit pour le Médiateur de la République, au cours de cette visite à Dimbokro, de s'imprégner des conditions de travail du médiateur délégué Assamoi Michel, qui couvre les Régions du Bélier, de l'Iffou, le Moronou et le NZI et de se rendre compte de l'effectivité de la cohésion sociale.
A l'entame de ses propos, il a tenu à rendre hommage à son prédécesseur, N'golo Coulibaly, pour avoir eu l'initiative d'installer les délégations de la médiature dans les différentes régions. Poursuivant, il a évoqué la place de la médiation institutionnelle dans la société actuelle: " L'évolution de la médiation institutionnelle est impactée par les mutations politiques, économiques et sociologiques à l'échelle nationale et internationale". Partant de ce fait, il pense donc que la prise en compte des populations au niveau judiciaire et social demeure une priorité majeure. Dans cette perspective, il a dit que l'institution de médiation va permettre d'identifier les forces et faiblesses de l'institution afin de la rendre plus dynamique: " Nous ne devons plus attendre que les conflits éclatent, nous devons aller au devant des conflits pour les prévenir afin de mieux les gérer" a-t-il suggéré. 

La rencontre à Dimbokro s’est déroulée en présence du corps préfectoral, des chefs de l'administration, la chefferie traditionnelle, la société civile et les associations de jeunesses.
Notons que le Médiateur de la République poursuit son chemin pour installer des délégations dans des localités du pays.
 
 Etienne ZOUHOMAN