Sidebar

14
Lun, Oct

Henri Konan Bédié (pdt du Pdci-Rda) : ‘’en 2020, nous allons balayer tous les faussaires impénitents’’

Politique
Typographie

Nous ne marcherons pas, non plus, avec un système de parrainage conçu pour écarter certains candidats aux futures élections.


A l’occasion d’une visite des cadres et militants Pdci, de la délégation communale d’Akoupé au président de leur parti, à Daoukro, Henri Konan Bédié a livré un message de haute portée politique. Lire plutôt !


Chers frères et sœurs,
Vous êtes venus nombreux d’Akoupé, pour me saluer à Daoukro, parce que, je suis le président de notre parti à tous, le Pdci-Rda. Je voudrais vous remercier pour ce déplacement. L’adage dit, les pieds ne vont pas où le cœur n’y est pas.  Vous êtes ici de cœur, avec le Pdci-Rda et je suis ici, pour vous accueillir, parce que je suis de cœur avec vous. De cœur, pour que nous fassions tout, pour que notre parti soit toujours le parti créé pour le bonheur du peuple ivoirien. Un parti qui aspire à conquérir le pouvoir en 2020. Et pour suivre ce chemin, vous vous êtes organisés conformément aux structures du parti, et vous avez élaboré un programme d’action pour soutenir la marche harmonieuse du Pdci-Rda, pour la reconquête du pouvoir en 2020 . Je vous remercie pour tant d’initiatives. Aujourd’hui, c’est en quelque sorte,  l’occasion  pour moi, de vous renouveler ma confiance, de vous encourager dans vos activités, de vous souhaiter une santé vigoureuse, de la joie, du bonheur pour vous-mêmes, vos familles et vos proches. Que nos projets en commun, conçus pour le progrès pour tous et le bonheur pour chacun, voit le jour en 2019 sinon en 2020.

Vous avez, pour y parvenir, la feuille de route que j’ai remise ici même à Daouakro à toutes les instances du parti, lors de la cérémonie de présentation des vœux de nouvel an. Cette feuille de route, je la renouvelle pour vous, pour que l’action soit toujours profitable dans la région Akyé qui nous tient tant à cœur. Vous le savez, il y a longtemps que je suis avec le peuple Akyé. Ce ; depuis mes années de collège quand je passais mes vacances dans cette Région. Nous sommes devenus plus grand et avec le Pdci, nous sommes les héritiers politiques et légitimes du Pdci-Rda car, l’héritage du président Félix Houphouët-Boigny, de sa pensée,  de ses actions et de toutes ses œuvres, appartiennent bel et bien  au Pdci-Rda  et non pas à quelques mouvements de traceurs ou à quelques mouvements qui se réveillent maintenant pour une renaissance. Cet héritage est permanent depuis 1946, depuis la fondation du RDA et du PDCI en Côte d’Ivoire, PDCI section du rassemblement démocratique africain. C’est cela être de vrais héritiers, et non pas des traceurs, je dirai plutôt des trappeurs, qui cherchent dans la forêt, la peau du PDCI-RDA  mais ils ne l’auront jamais. En 2020, avec la plateforme d’armada invincible, que nous mettons en place, nous allons balayer  tous les faussaires impénitents. Ils seront balayés, et quoi qu’ils disent, rien n’est bouclé, rien, parce qu’on ne peut rien bouclé sans nous.

Ce sur quoi ils comptent, pour qu’ils gagnent, nous disons que nous ne sommes pas d’accord sur cette base-là. Il faut reformer la CEI de fond en comble et cette réforme doit toucher le découpage électoral et le rôle imparti au Conseil constitutionnel. Car, aujourd’hui, il y a une chose : la Cei dirige le processus électoral et quand les résultats sont là, c’est une autre institution qui vient juger l’action de la Cei et bien souvent, naturellement, ce sont des résultats contradictoires, qui sont proclamés. Nous ne voulons plus de cela. Nous ne marcherons pas, non plus, avec un système de parrainage conçu pour écarter certains candidats aux futures élections. Nous voulons une démocratie vraie et un état de droit et dans cette démocratie, tous les citoyens valides et qui remplissent les conditions doivent pouvoir se présenter aux élections, même  quand ils ne sont pas soutenus par un parti politique. Ce que nous voyons, on forme un parti politique en débauchant les membres de ce parti dans un autre parti . C’est déjà un aveu  d’échec ! ça veut dire que seuls ils ne peuvent pas développer un auditoire avec des membres assez nombreux pour faire vivre un parti. Et on débauche. On menace (...) Ce sont des pratiques inimaginables. 2020 n’est pas bouclé. Nous ne voulons pas, non plus, de ces procès que l’on intente à nos compatriotes, des arrestations arbitraires, des dénis de justices. Lorsque des gens ont gagné à des élections, ils doivent s’installer dans le fauteuil pour lequel il se sont battus ; sans que le pouvoir puisse s’opposer à cette loi de la démocratie. Ce serait long si nous voulons énumérer toutes les dérives qui font les tares du pouvoir en place. Il vaut mieux pour nous de nourrir l’espoir qu’en 2020, tout cela changera, grâce à aux actions conjuguées de tous partis épris de paix et de développement.
 Je vous remercie.
  
Propos retranscrits par  Amehou Sosthène