Sidebar

19
Ven, Juil

Changement de Premier ministre au Burkina Faso/La situation sécuritaire a eu raison de Paul Kaba Thiéba

Politique
Typographie

Le nouveau Premier ministre, Dabiré Christophe Joseph Marie, est économiste spécialisé en planification de développement et en gestion des entreprises avec trente-deux ans d’expérience dans la haute administration du Burkina Faso.


Depuis le 18 janvier 2019, Paul Kaba Thiéba, nommé Premier ministre du Faso, le 7 janvier 2016, a remis sa démission et celle de son gouvernement à Marc Roch Christian Kaboré, Président de la République.  Il est remplacé par Dabiré Christophe Joseph Marie.
Depuis plusieurs jours, la rumeur avait annoncé son départ du fait de la situation sécuritaire caractérisée par des attaques des terroristes faisant de nombreux morts et une situation économique pas du tout reluisante. Ajouté à cela la critique de plus en plus hargneuse de l'opposition et des populations touchées par les attaques terroristes.

Lors de sa 1ère conférence de presse, après sa nomination, l’ancien Premier ministre avait pourtant déclaré : « On ne peut plus gouverner ce pays de la même façon (…). Aujourd’hui, nous avons besoin de dirigeants qui soient des patriotes. (…). Il faut mener un combat contre le sous-développement, l’injustice et la pauvreté. On ne peut pas nommer à des postes de responsabilité, des personnes qui n’ont pas la compétence pour mener les réformes qui sont attendues ». Beaucoup d’analystes avaient alors pensé que le Burkina Faso avait trouvé l’oiseau rare qui ferait l’affaire et que ce pays allait enfin connaitre le développement et la tranquillité de ses populations avec la mise en place d’un ‘’code d’éthique et de bonne conduite’’ qui s’appliquerait à ‘’tous les ministres, pour un changement afin de bâtir un Burkina meilleur qui réponde aux aspirations du peuple’’.

Avec comme maitres mots ‘’la bonne gouvernance’’, ‘’les réformes économiques courageuses’’ et, ‘’ les fruits de la croissance’’ qui devraient être redistribués pour lutter contre les inégalités et réduire la fracture sociale ».
Après avoir reçu la démission de son ex-collaborateur, Roch Marc Christian Kaboré a exprimé, dans un communiqué, toute sa ‘’reconnaissance au Premier ministre Paul Kaba Thieba et à l’ensemble des ministres pour leur engagement au service de la Nation.’’ Les anciens ministres sont appelés à expédier les affaires courantes, en attendant la formation d’un nouveau gouvernement pour relever les nombreux défis ; notamment sécuritaires, qui attendent ce pays.

Sur sa page Facebook, Paul Kaba Thiéba a écrit : "Ma mission à la tête du gouvernement s’achève. J’ai remis cet après-midi du vendredi 18 janvier 2019, ma démission ainsi que celle de mon gouvernement à Son Excellence le Président du Faso qui l’a acceptée. Je traduis toute ma reconnaissance au Président du Faso pour la confiance qui a été placée en ma modeste personne. Merci aux membres du gouvernement et à l’ensemble des collaborateurs du Premier ministère qui ont travaillé à mes côtés. Merci aussi au Peuple burkinabè et à tous ceux qui nous ont accompagnés. Ma mission s’achève certes, mais je reste engagé dans ce combat collectif pour asseoir un développement durable de notre pays et assurer le bien-être de l’ensemble de ses filles et fils. Que Dieu bénisse notre cher pays le Burkina Faso".
Dans la nuit du vendredi 14 au samedi 15 septembre dernier, deux attaques terroristes dans les villages de Diabiga (60 km de Pama) et Kompienbiga (15 kilomètres de Pama) perpétrées contre des populations a ont coûté la vie à huit personnes".

Le nouveau Premier ministre est titulaire d’un Diplôme d’Etudes Approfondies (Dea) en Sciences Economiques et d’un Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées (Dess) en Administration des Entreprises. Il est économiste spécialisé en planification de développement et en gestion des entreprises avec trente-deux ans d’expérience dans la haute administration du Burkina Faso.
Il a servi tour à tour au ministère de l’Economie et du Plan en tant que Directeur des Etudes et des Projets et Directeur Général de la Coopération avant d’être appelé à des fonctions gouvernementales en tant que ministre de la Santé de 1992 à 1997 et Ministre des Enseignements Secondaire, Supérieur et de la Recherche Scientifiques de 1997 à 2000.

Elu Député à l’Assemblée Nationale du Burkina Faso en 1997 et réélu en 2002, il assume les fonctions de Président de la Commission des Finances et du Budget de 2002 à 2007 ;
De mars 2007 à mai 2017, il est Commissaire à la Commission de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine (Uemoa) au titre du Burkina Faso et est chargé du Département du Marché Régional, du Commerce de la Concurrence et de la Coopération (Dmrc).
 

Clémentine Touré (source : lefaso.net)