Sidebar

26
Lun, Aoû

Pdci-Rda-Renaissance/Bédié met Duncan, Patrick Achi, Jean Claude Kouassi, François Amichia…dehors !

Politique
Typographie

Cette fois, la guerre, à fleurons mouchetés, entre Henri Konan Bédié et Daniel Kablan Duncan, est bien ouverte en vue de la présidentielle de 2020 !


Comme il fallait s’y attendre, à la suite de la création du mouvement Pdci-renaissance, le 23 décembre 2018, par Kablan Duncan, Henri Konan Bédié, président du Pdci-Rda, vient mettre fin aux fonctions de certains vice-présidents et délégués communaux et départementaux de ce parti ; notamment Daniel Kablan Duncan, Aka Aouélé et Théophile Ahoua N’doli (vice-présidents) ; sans oublier Albert François Amichia, Jean Claude Kouassi et Patrick Achi (délégués). Il a nommé, jeudi 03 janvier 2019, en lieu et place, 24 vice-présidents dont de nombreux nouveaux, avec un nouveau coordonnateur : Emile Constant Bombet, ancien ministre de l’Intérieur sous Bédié (1993-1999). L’ancien coordonnateur des Vice-présidents était Daniel Kablan Duncan, Vice-président de la République.

Ils sont entre autre, Boa Edjampan Thiémélé, Robert Beugré Mambé (Gouverneur du district d’Abidjan), Alphonse Djédjé Mady (ancien secrétaire général du Pdci), Aby Raoul (maire de marcory), Ezaley Georges Philippe (maire sortant de Grand-Bassam), N’gouan Jérémie (Député-maire d’Aboisso) etc.
Alors que la création du parti unifié, Rhdp (Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix), est annoncée pour le 26 janvier prochain comme le congrès de la ‘’clarification’’ et que Kablan Duncan a déclaré à Grand-Bassam, en soutien à la campagne de Jean Louis Moulot, candidat Rhdp, aux municipales dans cette commune balnéaire, qu’il est ‘’Rhdp de la tête au pied’’, beaucoup d’analystes politiques disent ne plus comprendre la position du Vice-président de la République. Il semblait avoir l’embarras du choix.

Pendant que ses détracteurs l’annoncent au parti unifié en création, le député de Grand-Bassam annonce la création du mouvement à l’intérieur du Pdci-Rda pour dire ‘’non à la rupture entre les Présidents Alassane Ouattara (président d’honneur du Rassemblement des Républicains (Rdr, parti au pouvoir) et Konan Bédié (président du Pdci-Rda). Les deux responsables politiques étaient dans un Rhdp, regroupement de partis depuis 2005 ; coalition qui a permis de battre Laurent Gbagbo (ex-Président de la Côte d’Ivoire (2000-2010) au 2è tour de l’élection présidentielle de 2010. Alléguant que le Président Ouattara n’a pas respecté les Accords pour l’alternance au pouvoir en 2020, au profit d’un cadre de son parti, Henri Konan Bédié a claqué la porte du Rhdp depuis le 08 août 2018. Depuis, ses partis qui occupaient des postes de responsabilité sont systématiquement limogés.

Lui, à son tour, chasse ses militants qui choisissent de militer au Rhdp, estimant qu’on ne peut pas militer dans deux partis à la fois.
Pour l’ancien Premier ministre d’Alassane Ouattara, ‘’les enjeux et les défis pour la paix auxquels notre pays doit faire face doivent maintenir le Pdci dans l’esprit du dialogue permanent avec nos frères et sœurs de l’alliance des houphouétistes’’. Une vision que ne partage, apparemment pas, le président du parti créé par Houphouët-Boigny, 1er Président de la Côte d’Ivoire.

Pourtant Kablan Duncan sait que le président de leur parti avait opposé une fin de non-recevoir à Kobenan Kouassi Adjoumani, ex-secrétaire exécutif du Pdci chargé de la communication et porte-parole dudit parti, qui avait créé le 03 juillet dernier, un courant au sein de ce parti dénommé ‘’sur les traces d’Houphouët-Boigny’’.
Cette fois, la guerre, à fleurons mouchetés, entre Henri Konan Bédié et Daniel Kablan Duncan, est bien ouverte en vue de la présidentielle de 2020 !

Coralie Mousso