Sidebar

25
Lun, Mar

Reprise probable des municipales à Grand-Bassam/Kouassi Adjoumani menace la Chambre administrative de la Cour suprême

Politique
Typographie

La Commission électorale a invalidé les résultats des 15 Bureaux de vote saccagés et a proclamé la victoire de Jean Louis Moulot, candidat du Rhdp avec 51,91 % contre 45, 72 % pour Ezaley (Pdci-Rda).


On peut le dire, sans être un oiseau de malheur que la paix n’est pas pour demain, dans la ville balnéaire de Grand-Bassam (40 km au sud-est d’Abidjan). Du moins, si on s’en tient aux déclarations des uns et des autres. En conférence de presse le lundi 24 décembre 2018 au siège provisoire du Rassemblement des Houphouétites pour la démocratie et la paix (Rhdp), Kobenan Kouassi Adjouman, porte-parole principal de cette formation en voie de création, a tonné, au sujet des municipales à Bassam :  "Monsieur Ezaley (candidat du Pdci-Rda, Ndlr), a été battu deux fois de suite et les Bassamois sont fatigués de voter. La justice ivoirienne a déjà donné une deuxième chance à Monsieur Ezaley. Si elle venait à remettre en cause, une fois encore la victoire du Rhdp, elle porterait l’entière responsabilité des événements que pourraient engendrer une telle décision’’. Puis d’ajouter : ‘’Depuis que l’on parle d’élections à Grand Bassam, c’est un seul camp qui s’agite. A cause de Monsieur Ezaley et de ses partisans, Bassam n’a plus la paix. La quiétude des Bassamois a été perturbée. Les opérateurs économiques vivent dans la crainte, ils ont été privés de l’Abissa..."

Sur la page Facebook de Jean Louis Moïse Moulot Coffi, candidat du Rhdp, il y est fait écho de femmes de la ville classée au Patrimoine culturel mondial de l’Unesco qui auraient dit ‘’niet’’, au recours du candidat du Pdci-Rda, après les violences qui ont  émaillé la reprise du scrutin à Gand-Bassam et qui a permis à la Commission électorale d’invalider plus de 6700 voix de 15 bureaux de vote. « Ezaley n’est pas le seul maire. Il n’est pas le premier et il n’est pas le dernier maire. Quand c’est fini, c’est fini. On a proclamé ton frère vainqueur. C’est ton fils. Accepte ta défaite. Mais pourquoi tu viens nous fatiguer à Bassam. On ne peut pas fêter. Nous ne sommes pas dans la joie. Nous sommes toujours dans la peur. Si on nous dit d’aller voter encore, nous allons nous asseoir devant les bureaux de vote. Nous ne voterons plus. Ezaley, trop c’est trop », y lit-on.
Lors du scrutin du 13 octobre dernier, des incidents n’ont pas permis la proclamation des résultats au siège de la Commission électorale indépendante (Cei). La Chambre administrative de la Cour suprême a donc autorisé la reprise dudit scrutin comme à Lakota, Booko, Bingerville et Port-Bouët, tout comme dans les Régions du Guémon et celle du Lôh-Djiboua pour le 16 décembre 2018. Là encore, des Bureaux de vote et des urnes ont été saccagés avant de brûler des bulletins de vote, au nez et à la barbe des milliers de forces de l’ordre déployés sur le terrain et devant des superviseurs internationaux médusés. En tout, 15 Bureaux de vote saccagés et les bulletins de vote brûlés ou déchirés, à en croire Georges Philippe Ezaley, candidat du Pdci-Rda, lors de sa conférence de presse du dimanche 16 décembre tenue, à Grand-Bassam.

‘’Le vote des zones qui m'étaient favorables ont été annulées après les saccages. Je suis le seul candidat dans une élection qui n'a pas pu voter pour moi-même. Au scrutin récent du 13 octobre, j'avais une avance de 2000 voix sur mon adversaire dans cette zone’’, a-t-il déclaré.
A la suite de ces violences, la Cei a invalidé les résultats des 15 Bureaux de vote (Bv) pour proclamer la victoire de Jean Louis Moulot, candidat du Rhdp ; par ailleurs Directeur de cabinet du Président ivoirien, Alassane Ouattara ; alors que le nombre d’inscrits des Bv, non pris en compte, avoisinerait les 7000 électeurs. Les résultats provisoires proclamés par la Cei ; lundi 17 décembre, sont les suivants :

Nombre d’inscrits : 35 474 sur 42 051
Nombre de bureaux de vote : 89 sur 104 ; soit 15 saccagés
Taux de participation : 45,80%
ont obtenu :
Jean Louis Moulot 51,91 %
Ezaley Georges 45, 72 %
Kouadio Koffi 0,07 %
Miessan Vincent 1,93 %

Le candidat du Pdci-Rda, Georges Philippe Ezaley, a décidé, comme aux municipales du 13 octobre dernier, de saisir la Chambre administrative de la Cour suprême pour invalider les résultats du fait que près de 7000 électeurs des Bv saccagés, n’ont pas été pris en compte dans le résultat final des votes. D’où la colère de Kobenan Kouassi Adjoumani, ministre de la Production animale et des Ressources halieutiques et celle du parti au pouvoir, (Rhdp, parti unifié), qui n’entend pas lâcher la commune du député Daniel Kablan Duncan, Vice-président de la République pour le compte du Pdci-Rda.

Clémentine Touré