Sidebar

20
Lun, Mai

Forum des organes de gestion des élections/Youssouf Bakayoko (Pdt de la CEI) : ‘’La corruption détruit la confiance et peut être source de conflits électoraux’’

Politique
Typographie

Les populations endoctrinées par les propos de leurs dirigeants naviguent entre soutiens et critiques.  Voir allocution du président de la Commission électorale de Côte d’Ivoire. 


La Côte d’Ivoire a abrité les 6 et 7 décembre 2018 le 5ème Forum des organes de gestion des élections organisé par la Commission de l'Union africaine, en collaboration avec l'Association des Autorités Electorales Africaines et la Commission électorale indépendante (CEI), sous le thème: « vers des processus électoraux sans corruption: renforcer l’intégrité électorale en Afrique ». Ci-dessous le discours d’ouverture de Youssouf Bakayoko, Président de la CEI.


« C’est un honneur et un réel plaisir pour moi et la Commission Electorale Indépendante de Côte d’Ivoire d’accueillir, à Abidjan, le cinquième forum des Organes de gestions des élections de l’Union Africaine. Je suis sûr que chacun apprécie à sa juste mesure, l’importance et la portée de cette rencontre.
Par ma voix, toute la Commission Electorale de Côte d’Ivoire vous salue et vous exprime sa gratitude pour votre présence nombreuse et qualitative.
Monsieur le Vice-Président de la République,
Votre présence à nos côtés, pour y représenter Son Excellence Monsieur le Président de la République, est pour nous, certes un motif de joie, mais elle nous rassure particulièrement.
Elle témoigne, je n’en doute pas, de l’intérêt du Président de la République pour la chose électorale, mais aussi et surtout, de son attachement à la démocratie et à sa consolidation sur le continent.

Monsieur le Vice-Président de la République,
A vous-même, ainsi qu’aux hautes personnalités qui vous accompagnent, je voudrais dire infiniment merci pour votre présence et pour votre soutien.
Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Représentants Diplomatiques,
Mesdames et Messieurs les Représentants d’Organisations internationales, Régionales et sous régionales,
Votre présence particulièrement remarquée à la présente cérémonie ne nous surprend guère, car de tout temps vous avez été à nos côtés.
Madame la Commissaire aux Affaires Politiques de l’Union Africaine,

Permettez-moi de vous adresser nos chaleureux remerciements pour avoir décidé de tenir ici à Abidjan, le 5ème forum des Organes de gestion des élections Africaines et pour l’intérêt constant que vous ne cessez de porter à notre Commission Electorale.
L’organisation à Abidjan de ce forum, après celui de Kigali, au Rwanda, témoigne de la confiance et de la crédibilité que notre union panafricaine accorde à mon pays, et en particulier à  la Commission Electorale Indépendante (CEI). Je voudrais vous  en remercier et vous rassurer de notre disponibilité pour faciliter le bon déroulement de ce grand évènement.

Mesdames et Messieurs,
Le thème choisi pour ce forum « vers des processus électoraux sans corruption : renforcer l’intégrité électorale en Afrique », constitue un défi majeur pour nos institutions. C’est une thématique qui traite à la fois deux sujets antinomiques car l’intégrité s’arrête là où la corruption commence.

Cette thématique soulève également d’importantes questions relevant du comportement moral attendu des décideurs des processus électoraux : l’éthique et le rapport entre la politique, l’argent et les conflits d’intérêts.
D’une manière générale, l’intégrité est à la base de toute confiance sur le plan électoral, elle constitue la condition sine qua non pour créer un environnement propice à des élections apaisées, justes transparentes et démocratiques.

L’intégrité accroit la confiance, la participation et l’inclusion des processus électoraux ; la confiance à la démocratie et aux Organes de Gestion des Elections.
La corruption est malheureusement un fléau de nos jours qui menace, au quotidien, chacun de nous dans nos rapports avec le monde extérieur. Dans le domaine des élections, elle expose toute la crédibilité des Organes de Gestion des Elections, détruit la confiance établie avec les populations ainsi que les partenaires et peut être source de conflits électoraux.

Certes la corruption relève du comportement et la responsabilité individuels de chacun des membres des Organes de Gestion des Elections, mais elle prospère sur les failles de nos législations et règles de fonctionnement.
Comment renforcer les capacités des Organes de Gestion des Elections à faire face  aux pressions extérieures? Cette question appelle des réponses transversales qui vont au-delà de la problématique électorale. Elles concernent, par exemple, le respect des règles, le financement de la vie politique, l’importance des Experts dans les processus électoraux, etc.

Les partis politiques, après avoir fortement souhaité la création des Organes de Gestion des Elections, les soupçonnent lorsqu’ils perdent ou, à tout le moins, ne croient guère à leur indépendance.
Les populations endoctrinées par les propos de leurs dirigeants naviguent entre soutiens et critiques. Vous constaterez que ces critiques ou appréciations varient  au gré des résultats recueillis par leurs auteurs lors des différents scrutins.

Exprimées timidement dès les débuts ces critiques se sont affermies au rythme de l’évolution du temps et de la vulgarisation des moyens  d’expression et de développement des réseaux sociaux, pour atteindre, ces derniers temps, un volume et une intensité qui ne pouvaient manquer d’interpeller.

En 2019 et 2020, plusieurs de nos pays auront à renouveler leurs cycles électoraux. J’ose espérer que ce forum permettra d’explorer les orientations politiques ainsi que les mesures pouvant être mises en œuvre pour favoriser des processus électoraux fiables et crédibles sur le continent, d’examiner toutes les voies nécessaires pour renforcer la sécurité autour des scrutins, rechercher les causes de faiblesse des taux de participation à l’effet d’organiser partout des élections intègres et crédibles en s’appropriant tous les instruments indispensables pour parvenir à organiser des élections «  intègres et sans corruption ».

Chers Collègues et chers amis,
Je vous souhaite, encore une fois, la bienvenue en Côte d’Ivoire et vous remercie.

                                 Abidjan, le 07 Décembre 2018


                                 Youssouf BAKAYOKO


Président de la Commission Electorale de Côte d’Ivoire »