Sidebar

23
Ven, Aoû

Reprise des élections à Grand-Bassam/Victoire du camp Ezaley et du Pdci-Rda ?

Jean Louis Moulot, candidat du Rhdp, proclamé élu par la CEI

Politique
Typographie

Ezaley Philippe, candidat du Pdci, dont le parti vient de sortir du Rhdp, aura-t-il les moyens de sa politique ?


Le verdict est tombé, vendredi 30 novembre 2018. La Chambre administrative de la Cour Suprême de Côte d’Ivoire décide la reprise des élections municipales dans  la commune de Grand-Bassam ; tout comme à Bingerville et à Rubino. Au terme de l’élection du 13 octobre dernier et qui s’est déroulé sur toute l’étendue du territoire communal, sans incident majeur, les commissions électorales locales de la Commission électorale n’ont pas été capables de proclamer le résultat, sur place. Il a fallu attendre des jours plus tard pour que la Commission électorale indépendante (Cei), proclame Moulot Jean Louis, candidat du Rhdp, parti unifié, vainqueur.

Ce qui a provoqué des manifestations de mécontentement des partisans de Georges Philippe Ezaley, candidat du Pdci-Rda qui déclarait avoir battu son adversaire de plus de 1000 voix. Depuis, la tension est vive dans la cité balnéaire, classée au Patrimoine culturel mondial de l’Unesco.
La reprise des élections est pour beaucoup de bassamois, un verdict qui a un goût d’inachevé. Les partisans du candidat du Rhdp, parti unifié, Jean Louis Moulot, qui avait paradé dans la ville, le jour de l’annonce ; ce, pour fêter leur victoire, se voient ainsi contrarier de reprendre les élections.

Quant à Ezaley et ses supporters dont les georgettes (son club de soutien des femmes), c’est une quasi-défaite, tant ils brandissaient partout, les preuves que leur victoire leur a été volée au point de saisir les avocats du Pdci-Rda, qui à son tour a engagé deux avocats français. Ceux-ci font donc contre mauvaise fortune, bon cœur.
Et puis une campagne nécessite (et on l’a vu lors de ces élections locales), beaucoup de moyens financiers. Ezaley Philippe, dont le parti vient de sortir du Rhdp, aura-t-il les moyens de sa politique ? Rendez-vous dans, au plus, trois mois.

Clémentine Touré