Sidebar

19
Ven, Oct

Mouvements d'humeur des militaires/Les mutineries se multiplient sous Alassane Ouattara

Politique
Typographie

La ville de Bouaké, 2è ville située à 349km au nord d’Abidjan, est régulièrement le théâtre de soulèvements incessants de militaires mécontents de leurs conditions de vie et de travail.

14 mai 2017

Dans un communiqué parvenu aux médias, le Chef d’État-major Général des Armées, le Gl Touré Sékou, se félicite de ce que ‘’la majorité des soldats’’ ait entendu son message et que le retour à la normalité se soit amorcé au sein des casernes militaires. Cependant, constate-t-il, certains militaires récalcitrants continuent de désobéir, en se livrant depuis la journée du samedi 13 mai à ‘’des actes contraires à l’éthique militaires et de nature à perturber la quiétude des populations:
– Usage d’armes à feu contre les populations civiles excédées par leurs agissements ;
– Actes de pillages et Racket systématique de transporteurs et d’opérateurs économiques ;
– Voies de faits contre certains leaders d’opinion.


Ces actes d’une extrême gravité sont contraires à la mission de protection assignée aux forces armées. En conséquence une opération militaire est en cours pour rétablir l’ordre.
Le Chef d’Etat-major général des Armées lance à nouveau un appel aux soldats indisciplinés et leur demande de libérer immédiatement les corridors, de retourner en caserne et de déposer les armes. Tous ceux qui continueront de défier les autorités, d’entraver les activités et la quiétude des populations ainsi que le fonctionnement normal de l’Etat subiront les sanctions disciplinaires les plus sévères, telles que prévues par le Règlement de discipline générale’’.

14 mai 2017

Alors que les populations de Bouaké, lasses des mutineries répétées voulaient exprimer leur mécontentement par une marche, les mutins ont repris les tirs en l’air faisant un mort et cinq blessés. Les mutins ont, en outre, attaqué le siège du Rassemblement des républicains (Rdr), parti au pouvoir. A Korhogo (nord du pays), les manifestants ont été aussi dispersés par des tirs en l’air.

12 mai 2017

Alassane Ouattara rencontre un groupe de militaires venus lui présenter leurs ‘’excuses’’ pour avoir traumatisé les populations ivoiriennes, surtout en début d’année, par des tirs à l’arme lourde et à l’arme automatique. Celui-ci leur a répondu que leurs manifestations, par des tirs en l’air, l’ont ‘’blessés’’. Alors qu’on pensait la paix revenue dans les casernes, les tirs en l’air reprennent à Abidjan, à Bouaké, épicentre de la manifestation des soldats mécontents depuis quelques années et plusieurs villes de l’intérieur du pays. Ceux-ci estiment que ceux qui sont allés faire allégeance au Chef suprême des Armées, n’ont pas tenu compte de leurs revendications.
 
17 janvier 2017

Selon des sources sur place à Bouaké, des tirs de soldats mécontents, provenaient du camp de la gendarmerie situé derrière la mairie centrale de Bouaké. Les gendarmes également réclameraient leur part  après ce que le gouvernement a donné aux mutins mécontents pour les calmer. Le gouvernement ivoirien, à en croire de nombreux médias, aurait remis, et ce depuis lundi 17 janvier 2017, cinq millions à chacun des 8 400 mutins ; soit 42 milliards Cfa et promis un million à chacun d’eux pendant sept mois, pour éponger ‘’la dette’’.


Depuis le début de l’après-midi de ce 17 janvier, les tirs ont cessé mais les commerces restent fermés dans la 2è ville de Côte d’Ivoire.
A Yamoussoukro, une source crédible, confirme la mort d’un militaire de la Garde républicaine de la ville chère à Félix Houphouët-Boigny, 1er Président de la Côte d’Ivoire. Selon cette source, des tirs nourris se sont fait entendre comme s’il s’agissait d’un affrontement. C’est quand les tirs ont cessé qu’il a été fait le constat d’un militaire de la Garde républicaine, tué. Non loin de là, à Zambakro, des tirs ont été également entendus et on annonce le gouverneur de la cité de la paix, Augustin Thiam, sur les lieux.
Depuis le matin, les mutins occupent la voie principale, vont et viennent en tirant en l’air.
A Dimbokro et Daloa où il y eu également des tirs, le calme est revenu l’après-midi, selon des sources concordantes.


13 janvier  2017

Des tirs reprennent à Bouaké et dans plusieurs casernes du pays. Le ministre chargé de la Défense, Alain Donwahi, celui de la Jeunesse et de la Culture civique et député de Botro, Sidi Touré, les nouveaux Chef d’Etat-major général de l’Armée (le général Touré Sékou) et Commandant supérieur de la gendarmerie (Nicolas Kouakou), se rendent dans la 2è ville du pays. On annonce des accords qui ont permis aux mutins de ‘’rentrer dans les casernes’’.
Dans l’après-midi, les mutins avaient ordonné aux journalistes présents, en tirant en l’air, de vider les lieux. Certains avaient annoncé la prise d’otage du ministre chargé de la Défense avant que l’information ne soit démentie plus tard.

9 janvier 2017

Communiqué de la présidence de la République.
Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara, a procédé, ce lundi, 9 janvier 2017, à la signature de trois décrets mettant fin aux fonctions :
- du Général  de Corps d’armée, Soumaïla Bakayoko, en qualité de Chef d’Etat-major général des Forces armées de Côte d’Ivoire ;
- du Général de Corps d’armée, Gervais Kouakou Kouassi,  en qualité de Commandant supérieur de la gendarmerie nationale ;
-  et de l’Administrateur général de Police,  Bredou M’bia, en qualité de Directeur général de la police nationale.   

Le Président de la République a également procédé à la signature de trois autres décrets portant nominations :
- du Général de division, Sékou Touré, en qualité de Chef d’Etat-major général des Forces armées de Côte d’Ivoire ;
-  du Général de brigade, Nicolas Kouadio Kouakou, en qualité de Commandant supérieur de la gendarmerie nationale ;
- et du Commissaire divisionnaire major de Police, Youssouf Kouyaté, en qualité de Directeur général de la Police Nationale.
                                    
7 janvier 2017

Le ministre chargé de la Défense, Alain Richard Donwahi, foule le sol de Bouaké (349 km au nord d’Abidjan), berceau de la révolte des mutins qui depuis la veille, ont démarré des mouvements d’humeurs.  Il veut échanger avec les soldats  dont il dit avoir pris connaissance de leurs revendications, sommes toutes, corporatistes.  Il est accompagné du Commandant Issiaka Ouattara dit Watao, Commandant en second du Groupe de sécurité présidentiel (Gspr), en lieu et place de Soumaïla Bakayoko, Chef d’Etat-major général, dont les manifestants ne veulent pas en entendre parler.
Avant l’arrivée d’Alain Donwahi, la ville de Bouaké a enregistré celle, la veille, du Préfet de Région, Aka Konin, absent depuis quelques jours de la Région et de Mgr Siméon Ahouana, Evêque métropolitain de Bouaké et Président de la Conariv, qui ont rejoint le groupe de discussion avec les mutins. Les corridors sont restés fermés depuis les mouvements. Depuis vendredi 6 janvier, tous les accès de la ville sont fermés. Les mutins ont décrété un couvre-feu ; ce à partir de 21h. Aucune entrée ni sortie de cette ville n’est possible.

7 janvier 2017

Déclaration à la presse du Second-maître Siaka Ouattara, porte-parole des soldats mécontents au terme de la rencontre qu’ils pont eue avec Alain-Richard Donwahi, ministre chargé de la Défense, dans laquelle ils affirment : ‘’Nous sommes plus ou moins satisfaits’’, Puis de préciser : ’’Nous, nous sommes d’Abidjan, nous sommes venus rejoindre nos camarades de Bouaké pour qu’ensemble, on puisse s’asseoir avec une délégation ministérielle venue ici à Bouaké nous écouter afin qu’on trouve une solution au problème de l’ensemble des militaires de Côte d’Ivoire’’. Avant d’inviter ses frères d’armes ’’au calme’’.

7 janvier 2017

Le Président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, rentré d’urgence d’Accra (Ghana) où il était en tant qu’invité d’honneur à l’investiture du nouveau Président de la République du Ghana, Son Excellence Monsieur Nana Akufo-Addo, fait une déclaration à l’entame du Conseil des ministres extraordinaire. Il dit en substance ‘’…des soldats ont manifesté à nouveau pour revendiquer des primes et l’amélioration de leurs conditions de vie. J’ai donné des instructions au ministre chargé de la Défense pour rencontrer, ce jour, à Bouaké, une délégation désignée par ces soldats. Après le compte-rendu du ministre chargé de la Défense, en présence des membres de ladite délégation, je confirme mon accord pour la prise en compte des revendications relatives aux primes et à l’amélioration des conditions de vie et de travail des soldats…Ayant marqué mon accord, je demande à tous les soldats de regagner leurs casernes, pour permettre l’exécution de ces décisions dans le calme’’.  Même s’il déclare abhorrer ce genre de revendications.


Nuit du 5 au 6 janvier 2017

Selon le communiqué produit par le ministère chargé de la défense le 6 janvier 2017, aux environs de 0h30, un groupe de militaires a fait irruption à l’Etat-major de la 3ème Région militaire en faisant usage d’armes à feu.

Selon certaines sources, des poudrières ont été cassées et des armes ont été emportées par des mutins. La préfecture de police et certains commissariats de la ville ont été également attaqués. Les commerces et autres activités dans la ville, ont fermé.
Le Commandant en second de la 3è Région militaire de Bouaké et le Commandant du bataillon d’artillerie sol-sol présents à l’Etat-major de région de Bouaké, sont rentrés en discussions avec le groupe. Mais les manifestations gagnent plusieurs villes de l’intérieur du pays : Korhogo, Daloa,  Issia, Duékoué, Séguéla, Dimbokro et même le camp d’Akouédo à Abidjan. Les soldats tirent en l’air, à l’arme lourde et l’arme automatique, traumatisant ainsi les populations.

Les doléances présentées sont  les suivantes :
- Paiement de primes
- Augmentation de salaires
- Réduction du temps à passer dans les grades
- Éclaircissements à propos d’une supposée prime «Ecomog»

Les mesures prises par le gouvernement selon Alain Donwahi, ministre chargé de la Défense :
- Mise en alerte de l’ensemble des troupes ;
- Renforcement de la sécurité des emprises militaires ;
- Demande à tous les soldats de garder leur calme et de rentrer dans les casernes, en vue de permettre la recherche de solutions durables pour l’ensemble des composantes des Forces Armées de Côte d’Ivoire.
Donwahi  demande également aux populations de garder leur calme, car ‘’toutes les dispositions sont prises pour assurer la sécurité des personnes et des biens sur l’ensemble du territoire national’’.


20 novembre 2014

Au terme d’une rencontre que les soldats mécontents ont eue avec Alassane Ouattara, Président ivoirien, le ministre chargé de la défense, Paul Koffi Koffi, livre les conclusions de la réunion : ‘’les arriérés de solde des 476 ex-Fds seront apurés pour moitié, fin novembre 2014 et pour l’autre moitié, fin décembre 2014. Tout comme les frais de mission des militaires. Le droit de bail des 8 400 caporaux leur est accordé à compter du 1er janvier 2015’’.

 18 novembre 2014

Des soldats mécontents manifestent dans les casernes de Bouaké (centre), Daloa (centre-ouest) et Korhogo (nord), pour réclamer des arriérés de salaire, de meilleures conditions de vie et de travail.

Jean Michael
               

 

Opinion Citoday

Les offres de service des compagnies de téléphone mobile vous satisfont-elles ?

Météo

Abidjan Côte d´Ivoire Partly Cloudy (night), 75 °F
Current Conditions
Sunrise: 6:1 am   |   Sunset: 6:1 pm
93%     5.0 mph     1007.000 in
Forecast
VEN Low: 73 °F High: 83 °F
SAM Low: 72 °F High: 82 °F
DIM Low: 73 °F High: 84 °F
LUN Low: 74 °F High: 84 °F
MAR Low: 73 °F High: 85 °F
MER Low: 74 °F High: 85 °F
JEU Low: 74 °F High: 83 °F
VEN Low: 76 °F High: 83 °F
SAM Low: 73 °F High: 85 °F
DIM Low: 76 °F High: 84 °F