17
Ven, Jan

Si yakro vous était conté

Il est implanté au milieu d'un parc de 18 ha, sur une colline avec une vue panoramique d’une grande partie de la ville du 1er Président ivoirien.


Commencé en 1970 pour s’achever deux ans plus tard, le bâtiment principal de la Maison du Pdci-Rda (ancien parti unique au pouvoir), qui servait aussi de Palais des Congrès, de 4000 m2 au sol, comprend essentiellement une salle des Congrès en rotonde d'une capacité de 1000 places, surmontée; à 16 mètres de hauteur, d'une couronne circulaire en aluminium doré de 30 mètres de diamètre. Le 12 septembre 1972, le Président Houphouët-Boigny faisait visiter la ‘’Maison du Parti’’ et l'Hôtel Président à Yacé Philippe, Président de l'Assemblée Nationale et Secrétaire Général du Pdci-Rda.  Il est devenu le 7 novembre 1998, l'Institut d'études politiques du Pdci-Rda, inauguré par le Président Henri Konan Bédié, alors Président de ce parti et Président de la République.
Cet autre joyau architectural de la capitale politique et administrative du pays est situé entre le Président Golf Club et la Fondation Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix.

La réalisation de ce Palais par Félix Houphouët-Boigny, 1er Président ivoirien, s’inscrivait, à l’époque, dans le cadre de la création d’un nouveau quartier dédié à la réflexion, aux séminaires, aux conférences, à la recherche intellectuelle et surtout au tourisme.
La fréquence et l’importance des congrès et autres grands rassemblements, tant nationaux qu’internationaux, qui se tenaient dans ce Palais, à Yamoussoukro, a rendu nécessaire l'adjonction de deux ailes symétriques qui, reliées au bâtiment central par des galeries couvertes, en ont été suffisamment éloignées pour que ne soit pas détruite l'harmonie architecturale du bâtiment originel.
Il est implanté au milieu d'un parc de 18 ha, sur une colline avec une vue panoramique d’une grande partie de la ville de Yamoussoukro.

La salle des Congrès était éclairée en son centre par un lustre de 6 mètres de diamètre qui supportait 520 ampoules électriques. Le tout desservi par un grand hall, lui-même encadré de pièces d'eau. Dans le hall, se trouvaient un bureau présidentiel et un salon d'attente ; un bar-foyer, une salle de conférences pour 70 personnes. A la mezzanine, il y avait un bureau de vice-président et un secrétariat ; une salle de conférences de 30 places, trois salles de réunion pour 10 personnes et deux salles de presse.  Les ailes, dont l’édification devait s’achever début 1980, occupent chacune 2000 m2. Elles comportent l’une et l’autre un sous-sol qui abrite les locaux techniques et les archives. Au rez-de-chaussée se trouve un hall d’entrée, diverses salles et bureaux dont deux salles aménagées en gradins de 200 places dans l’aile A et 400 places dans l’aile B. A l’étage se trouvent de nombreux bureaux pour délégués, d’autres de secrétariat, des salles de réunions et d’archives.
La Maison du Pdci-Rda a été l’œuvre d’Olivier-Clément Cacoub et d’Yves Roa, architectes associés, H. Krieg et D. Lenci, architectes collaborateurs. La décoration de la 1ère partie a été conçue par Robert Dal Sasso, celle de l'extension par le bureau Inter Art et la construction a été réalisée par l'Entreprise Générale Sonitra.

Après la transition militaire, une session de l'Assemblée nationale de la Côte d’Ivoire, s'est tenue dans ce palais, courant 2001.
Le site du Palais, aujourd’hui en ruine et colonisé par la broussaille après avoir été entièrement et totalement pillé, avait été réquisitionné par les Forces de Défense et de Sécurité ivoiriennes après l'attaque de la rébellion armée à Bouaké le 18 septembre 2002.
La couronne circulaire en aluminium dorée de 30 mètres de diamètre, qui donnait une couleur particulière à ce joyau tant visité par les touristes, a également disparu.

SYLVAIN NAMOYA