Sidebar

27
Jeu, Jui

Immigration clandestine/Les jeunes de Dimbokro refusent cette ‘’aventure sans lendemain’’

Infos Migrants
Typographie

La jeunesse du N’zi a décidé de tourner le dos à l’immigration clandestine et irrégulière et à ses corolaires que sont la perte de vie dans le désert, la mort dans les prisons…


La jeunesse de la Région du N’zi a pris l’engagement, lors d’une conférence tenue dans les locaux de la préfecture de Dimbokro.et co animée par le chef de projet de l’Agence emploi jeune, Touré Doudou et le Directeur des Affaires sociales, culturelle et du développement humain du Conseil régional du Bafing, Chérif Lacina Aidara, de dire non à l’immigration clandestine. Conférence prononcée dans le cadre de la 2è édition de la journée anti-migration irrégulière des jeunes du N’zi, initiée par l’Union perpétuelle des jeunes de Bendékro (Upjb), 3è Prix national d’excellence de la meilleure association de jeunesse de Côte d’Ivoire. Le thème étant ‘’jeunes de Dimbokro, la migration irrégulière vers l’Europe est un voyage sans retour’’.


Pour les conférenciers, la Côte d’Ivoire offre d’énormes opportunités à la jeunesse au regard de nombreuses richesses de son sous-sol et de son climat ; lesquels sont favorables à plusieurs cultures. En plus et à les en croire, la politique gouvernementale accorde une place prépondérante à l’éducation, à l’instruction, à l’entreprenariat et à l’emploi. Autant d’atouts qui, pour les conférenciers, doivent inciter la jeunesse à se mettre ‘’résolument’’ au travail et à se prendre en charge.  Rien n’explique donc, selon eux, cette ‘’aventure dans l’inconnu’’ dont l’issue est incertaine et souvent catastrophique : ‘’Certes, la vie n’est pas facile mais diverses raisons et facteurs permettent d’affirmer qu’on peut s’en sortir, s’enrichir en restant sur place’’, a laissé entendre Chérif Lacina Aidara.

Instruits sur les ‘’conditions favorables’’ que regorgent la Côte d’Ivoire, la jeunesse du N’zi a donc décidé de tourner le dos à l’immigration clandestine et irrégulière et à ses corolaires que sont la perte de vie dans le désert, la mort dans les prisons ou dans la mer et l’esclavage dans certains pays du nord de l’Afrique, notamment en Libye.
‘’Nous, jeunes du N’ZI, aimons la vie. La vie ne se construit pas au brouillon. Nous prenons l’engagement de tourner dos à l’immigration pour nous mettre résolument au travail. C’est la raison pour laquelle nous disons non à l’immigration clandestine’’, ont-ils promis.

*E. ZOUHOMAN