29
Dim, Mar

Economie

Les différentes restrictions et la célérité des contrôles à l’entrée des pays sont en train de jouer sur les activités touristiques,

poumon de l’économie de la majorité des pays de l’Afrique du Nord, en particulier le Maroc, la Tunisie et l’Egypte.
Le bras de fer des pays membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et le Coronavirus font encaisser à l’économie mondiale de sérieux coups. Selon financialafrik.com, le cours du pétrole a chuté de 25% suite à l’échec des négociations entre l’Opep et la Russie. Le prix du baril de Brent se négocierait à 33 dollars us et est susceptible de baisser si l’Arabie saoudite venait à vraiment augmenter, comme elle menace, sa production à 10 millions de barils par jour.
Cette situation vient aggraver les actions déjà délétères créées par le marathon du coronavirus dans le monde.

Dans la ville de New York, où 450 cas de contamination et 19 décès sont enregistrés, le pétrole est surveillé de près. A en croire agefi.com, la Bourse new-yorkaise poursuivait sa dégringolade lundi, 09 mars, après la reprise des échanges qui ont été interrompus pendant 15 minutes en raison de l'effondrement de 7% de l'indice élargi S&P 500(représentant les 500 plus grandes entreprises de Wall Street) en pleine panique autour du krach pétrolier créé par le bras de fer et des conséquences économiques du coronavirus.

En Afrique, il y a une baisse des achats de pétrole brut et des matières premières à cause du ralentissement de l’économie chinoise, rendant ainsi plus vulnérables les pays qui exportent vers la Chine ; sans oublier que ceux qui s’y approvisionnent, sont menacés par une pénurie, s’il arrivait que les mesures de restriction se durcissent. Aussi, les différentes restrictions et la célérité des contrôles à l’entrée des pays sont-elles en train de jouer sur les activités touristiques, poumon de l’économie de la majorité des pays de l’Afrique du Nord, en particulier le Maroc, la Tunisie et l’Egypte. financialafrik.com révèle que ce sont près de dix mille (10. 000) annulations qui ont été enregistrées en début semaine, pour la seule ville de Marrakech.
En France, Total est contraint à une baisse de 16% à cause d’une guerre des prix sur le pétrole quand TechnipFmc fait un plongeon de 29% pour la même raison, à l’ouverture du marché le 9 mars 2020. Concernant le Cac 40, l’effet conjugué du bras de fer et l’avancée du Covid-19 a entrainé une baisse inédite depuis juin 2016 de 6,4%. Si on se fie à l’enquête mensuelle de conjoncture de la Banque de France, l’économie française ne pourra croitre que de 0,1% à la fin du premier trimestre 2020, contre 0,3% prévu.
 

Franck TAGOUYA