29
Dim, Mar

Diomandé Kanvaly, Président de la Cour des comptes de Côte d’Ivoire

Economie

Expertise France soutient que l’exécution de ce projet rend plus efficace les agents juridictionnels et contribuera à maintenir, qualitativement, l’Institution sur l’échiquier international.


Le Président de la Cour des comptes de Côte d’Ivoire, Diomandé Kanvaly, a traduit, le 3 mars 2020, à son cabinet, la gratitude de son institution à l’égard de l’Union Européenne (Ue), qui a permis à ses collaborateurs de bénéficier, pendant 23 mois, d’un renforcement de capacités. C’était à l’occasion de la cérémonie de réception d’une délégation de l’Ue et des représentants d’Expertise France, qui ont exécuté le projet. Lequel projet vise à faire de cette institution ivoirienne, la locomotive de la sous-région, en lui dotant de fondements ‘’solides’’. Les bénéficiaires, des magistrats, des documentalistes et des greffiers de la Cour, ont eu une immersion à la Cour des comptes française et dans les différentes Chambres régionales des comptes. Ils ont compris, soutiennent-ils, par des interactions avec leurs collègues, l’expérience française en matière de juridiction, de gestion des comptes publics et l’usage des Fonds. Ils ont également échangé sur la pratique des contrôles juridictionnel et non juridictionnel, l’audit des régularités, la mesure de la performance, l’évaluation des politiques et programmes, ainsi que la disposition de guide pour la gestion des collectivités territoriales ; sans oublier celui des établissements publics et des comptes de l’Etat, rapporte financialafrik.com.

Pour Charles Raudot Chatenoy, chef de section économie- gouvernance et secteurs sociaux, représentant l’ambassadeur de l’Ue en Côte d’Ivoire, les résultats attendus à la fin des 23 mois ont été atteints, avec l’assurance que la Cour pourra s’inspirer des guides comme elle le fait dans bien des domaines. Quant à la représentante d’Expertise France, Isabelle Valot, elle soutient que l’exécution de ce projet rend plus efficace les agents juridictionnels et contribuera à maintenir, qualitativement, l’Institution sur l’échiquier international. Le Président de la Cour des comptes espère, quant à lui, que cette formation permette aux agents juridictionnels de se rapprocher davantage des standards internationaux pour une gestion transparente et efficace des finances publiques. Ce,  grâce à l’appui financier de 200 millions de Fcfa de l’Ue qui constitue, à son sens, une contribution majeure à une bonne gouvernance financière du pays. C’est pourquoi, il a remercié l’Ue et Expertise France qui a assuré la formation et souhaité que cette collaboration puisse continuer.

 

Franck Tagouya