29
Dim, Mar

Economie

Il s’agit d’experts nationaux et internationaux qui ont permis au pays de l’éléphant de gagner cette autre bataille pour le développement économique et social du pays.

L’Etat de Côte d’Ivoire a reçu de la Commission des limites du plateau continental (Clpc), le quitus pour l’exploitation de près de 14 660 km2 de fonds de mer dans l’océan atlantique. Le document matérialisant ce feu vert a été remis à New York (Etats-Unis), le 27 février 2020 à la délégation ivoirienne conduite Adama Toungara, ex-ministre ivoirien de l’Energie et du Pétrole. Ce document contient les recommandations relatives à la fixation des limites extérieures de son plateau continental, selon le communiqué. Cette décision de la Clpc fait suite à la requête de la Côte d’Ivoire d’étendre sa souveraineté sur le sol et sous-sol de son espace sous-marin, déposée depuis en 2016 auprès d’elle, au regard de la Convention des Nations Unies sur le Droit de mer de 1982, notamment le paragraphe 8 de l’article 76 qui lui en donne le droit. Ainsi après plusieurs rencontres officielles et non officielles, la Clpc a tranché en faveur de l’Etat ivoirien.

Le pays pourra désormais exploiter ce morceau d’espace sous-marin de son plateau continental dans sa partie orientale, riche en ressources énergétiques, minières et halieutiques. Il va sans dire que cela ouvre la porte à de nouvelles opportunités d’affaires qui devraient rapporter assurément des dividendes au pays. En plus des opportunités d’affaires, ce sont des emplois qui seront créés et les villes qui accueilleront ces entreprises, pourraient connaitre également un dynamisme nouveau.
Mais le journal en ligne Koaci.com, révèle que c’est depuis le 08 mai 2009, avant le pouvoir actuel en Côte d’Ivoire, que la requête a introduite auprès de la Clpc, puis amendée le 24 mars 2016. Aussi, l’équipe qui a mené les négociations rassemblait-elle plusieurs compétences sans tenir compte des obédiences politiques. Il s’agit d’experts nationaux et internationaux qui ont permis au pays de l’éléphant de gagner cette autre bataille pour le développement économique et social du pays. Cette équipe est composée, entre autre, d’Adama Tounkara, ancien ministre des Mines et du Pétrole, Thierry Tano, ancien ministre de l’Energie , du Pétrole et des énergies renouvelables, l’actuel patron de ce ministère, Aboudrahamane Cissé, le conseiller spécial du premier ministre, Me  Adama Kamara, l’ambassadeur et représentant permanent de la Côte d’Ivoire auprès des Nations Unies, Léon Kacou Adom, les experts de la direction générale des hydrocarbures, de Petroci et ceux internationaux, Maîtres Michel Pitron et Isabelle Rouche du cabinet Gide, et les Docteurs Lyndsay Parson et Rosemary Edwards de la société Mzsl.

La Clpc est un organe spécialisé des Nations unies chargé de gérer les questions liées aux limites extérieures du plateau continental des Etats au-delà de 200 miles marins. Ses recommandations sont définitives et contraignantes. Selon les Articles 8 et 9 de l’Annexe 2 de la Convention des Nations Unies sur le droit de mer, s'il est en désaccord avec les recommandations de la Commission, l'Etat côtier lui soumet, dans un délai raisonnable, une demande révisée ou une nouvelle demande. Aussi les actes de la Commission ne préjugent-ils pas les questions relatives à l'établissement des limites entre Etats dont les côtes sont adjacentes ou se font face.

Franck TAGOUYA