29
Dim, Mar

Economie

L’action la plus éclatante de son mandat a été l’augmentation historique du capital de la Banque, qui est passé de 93 à 208 milliards de dollars US.


Pour son bon bilan à la tête de l’institution bancaire de l’Union africaine (Ua), la Banque Africaine de développement, le doute sur la réélection de Akinwumi Adesina n’a même pas eu le temps de s’installer. Les organisations sous régionale et régionale ne font que lui donner leur quitus. En décembre 2019, c’était la Communauté des Etats de l’Afrique de l’ouest(Cedeao), qui lui donnait son soutien. Moins de deux mois après, c’est le tour du Conseil exécutif de l’Ua qui lui réaffirme son soutien, à l’occasion de la 36ème session ordinaire du Conseil organisée les 6 et 7 février derniers à Addis-Abeba, en Ethiopie. C’est depuis le 28 mai 2015, que l’ex-ministre de l’Agriculture et du Développement rural du Nigeria, sous le mandat de Goodluck Jonathan, a été élu 8e président de la Bad, en remplacement à Donal Kaberuka. Il a pris fonction le 1er septembre 2015, au siège de la Banque, à Abidjan. L’action la plus éclatante de son mandat a été l’augmentation historique du capital de la Banque, passant de 93 à 208 milliards de dollars US ; soit un ajout substantiel de 115 milliards US, voté par les actionnaires fin octobre à Abidjan. Cela est le signe palpable « du soutien ferme exprimé par le Conseil des gouverneurs dans la principale institution financière du continent » écrit financialafrik.com.

Dans la confirmation de ce second mandat, Adesina pourra compter sur le soutien ‘’sans faille’’ de la Côte d’Ivoire, qui abrite le siège de la Banque. Ce soutien a été exprimé par le ministre ivoirien de l’Economie et des Finances d’alors, Adama Koné et surtout par le Chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, qui est fort séduit par le travail abattu par Adesina à la Bad: « Adesina fait un excellent travail", rapporte nairametrics.com Akinwumi Adesina est un économiste du développement et expert en développement agricole de renommée internationale. Il a occupé plusieurs postes à haute responsabilité, notamment auprès des Fondations Rockefeller et Bill & Melinda Gates. Actuellement, il totalise plus de 27 ans d’expérience à international dans les institutions, telles que l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (Agra), l’Institut international d’agriculture tropicale (Iita), l’Association pour le développement de la riziculture en Afrique de l’Ouest (Adrao), l’Institut international de recherche sur les cultures des zones tropicales semi-arides (Icrisat). L’œuvre accomplie pendant ces années d’expériences lui ont valu plusieurs récompenses. Il a fait partie des 17 leaders mondiaux coptés par Ban Ki-moon pour conduire les objectifs du Millénaire pour le développement. En 2013, le prestigieux magazine Forbes Africa l’a élu « Personnalité de l’année » pour ses exploits au ministère de l’Agriculture et du Développement rural de son pays. En plus de l’anglais, il parle le français.

                                                                                                    Franck TAGOUYA
Sources : financialafrik.com ; afdb.org ; nairametrics.com