29
Dim, Mar

Nialé Kaba, ministre ivoirien du Développement et du Plan

Economie

La Côte d’Ivoire a aussi des besoins importants dans le secteur des transports (routes, chemin de fer, aéroports, ports) et des télécommunications.

La Banque africaine de développement (Bad), a lancé, vendredi 14 février, à Abidjan, un rapport de diagnostic pays inédit sur le financement à long terme de la Côte d'Ivoire. Ce rapport, premier du genre réalisé en Afrique, a été élaboré par la Banque en collaboration avec l’Initiative pour le renforcement du secteur financier en Afrique (Financial Sector Deepening Initiative in Africa, FSD Africa), la coopération allemande (GIZ), en partenariat avec la finance au service de l’Afrique (Making Finance Work for Africa, MFW4A). Le rapport de la Banque établit un diagnostic du financement à long terme des infrastructures, du logement et des entreprises en Côte d’Ivoire et présente des recommandations pour aider le pays à relever les défis liés au financement à long terme. Selon le Rapport, un financement à long terme couvre une période de 20 à 30 ans dans les secteurs clés de l’économie -infrastructures, logement- et s’étend sur 5 ans pour les entreprises. Le rapport de la Bad indique que le déficit de financement des infrastructures en Côte d’Ivoire représente $ 13,7 milliards jusqu’en 2040 (déficit annuel de $ 540 millions de dollars). Le déficit de financement à long terme pour les infrastructures hydrauliques est le plus important. La Côte d’Ivoire a aussi des besoins importants dans le secteur des transports (routes, chemin de fer, aéroports, ports) et des télécommunications. Des secteurs primordiaux pour le développement de l'agriculture, l'agro-industrie et le monde rural, en général.

 

Franck TAGOUYA