27
Jeu, Fév

Economie

Le ministre de l'Equipement et de l'Entretien routier aurait-il menti aux populations du N’zi ?

Le jeudi 06 février 2020, Amédé Kouakou, ministre de l'Equipement et de l'Entretien routier, ‘’représentant le Chef du gouvernement, le premier ministre Amadou Gon Coulibaly’’, a donné le 1er coup de pioche des travaux d'aménagement et de bitumage de la route Dimbokro-Bocanda-Ananda, long d’environ 98 kilomètres, mille fois annoncé ; d’un coût de 40 milliards Cfa. Amédé Kouakou avait soutenu, par la même occasion, que c’est l’Etat de Côte d’Ivoire qui assurera l’entièreté du financement des travaux qui vont durer 18 mois ; soit un peu moins de deux ans. Mais le hic, est qu’il n’y a aucune trace d’un tel montant des travaux de bitumage de ce tronçon dans le budget-programme 2020, de l’Etat ivoirien.

Le ministre de l'Equipement et de l'Entretien routier aurait-il menti aux populations du N’zi qui ont accueilli, avec joie, cette nouvelle, le 06 février dernier, lors de la pose de la 1ère pierre ?  On sait seulement que les études pour les travaux de la route Dimbokro-Bocanda-Ananda, faites par le Bnetd, ont coûté 200 millions Cfa au contribuable ivoirien, sont inscrites au Budget-programme de 2020. Tout comme le tronçon Tiébissou-Didiévi-Bocanda, d’un coût de 81 milliards Cfa. Joint par téléphone, un collaborateur du ministre Amédé Kouakou, qui a requis l’anonymat, estime que même si ce financement n’est pas prévu dans le budget de la Nation, il peut avoir des ‘’financements exceptionnels décidés par le Président de la République’’.

Mais pour lui, seul, le ministre Amédé Kouakou peut donner un plus grand éclairage sur le projet. C'est l'entreprise NSE-CI (Nicolas Srouji Etablissement Côte d'Ivoire), qui exécutera les travaux. Des recherches sur internet sur cette entreprise, révélées par Jeune Afrique du 14 mai 2019, indiquent que c’est elle qui a obtenu le marché de la réhabilitation de l’axe Yamoussoukro-Daloa, long de 145 km, financé par l’État ivoirien à hauteur de 69 milliards de F Cfa. Sans oublier le bitumage de la route Séguéla-Mankono, long de 55 Km pour un montant de plus de 20 milliards de FCFA, lancé le 30 novembre 2019 et financé par la Banque islamique de développement (Bid). L’entreprise a été fondée en 2012, par l’ivoiro-Libanais Hassan Dakhlallah avec le soutien du groupe de Btp libanais, Nicolas Srouji Establishment for Contracting (Nse).

Il faut noter que selon Jeune Afrique (JA), c’est à la faveur du Programme présidentiel d’urgence (Ppu), lancé par le chef de l’État ivoirien, Alassane Ouattara, au début de son mandat, que cette entreprise a décroché ses premiers contrats. Des chantiers financés par les Bailleurs de Fonds, mais attribués de gré à gré. A l’époque, écrit JA, le chef d’entreprise travaille en binôme avec Hassane Yao, homme de réseau proche, entre autre, de Siandou Fofana, actuel ministre du Tourisme et des Loisirs, alors Directeur général du Fonds d’entretien routier ivoirien. Depuis 2015, Hassan Dakhlallah a repris le contrôle de 100 % du capital de la société.

Jean Michael