06
Ven, Déc

Economie

Yamoussoukro avait besoin d’une zone industrielle sécurisée pour inciter les opérateurs économiques à y investir.


Un milliard trois cents millions sur environ trois milliards huit cents millions de Fcfa ; c’est le montant du 1er chèque que viennent de percevoir, jeudi 18 juillet 2019, les ayants-droits des villages d’Akpessékro et de Zambakro (commune de Yamoussoukro, 240 km au centre du pays); ce, dans le cadre des purges de leurs droits coutumiers. Depuis 1997, 750 ha de leurs terres ont été réquisitionnées par l’Etat ivoirien pour en faire la zone industrielle de Yamoussoukro, capitale politique de la Côte d’Ivoire depuis 1983. Les droits coutumiers qui sont en paiement jusqu’en 2021 (1,2 milliard en 2020 et 1,2 milliard en 2021) ne concernent que 250 ha.
L’adjoint au maire, Kouamé Edouard, qui a remercié les autorités administratives, notamment préfectorales et politiques pour le rôle éminent joué pour un heureux aboutissement, estime que cette remise de chèque est le début de la résolution des nombreux problèmes fonciers de la Région. Ajoutant que leur bonne résolution peut être un frein des jeunes à l’aventure.


Quant à nanan Kouamé Kouamé Honoré, il a, au nom des bénéficiaires, remercié le gouvernement qui vient de trouver une issue à ce règlement vieux de 22 ans, alors même que leurs populations sont privées de terres cultivables sur ce lopin de terre. C’est pourquoi en cédant définitivement leurs portions à l’État ivoirien, nanan Kouamé Kouamé Honoré souhaite que leurs enfants soient privilégiés dans le recrutement des entreprises qui vont exploiter cette zone. Il a également plaidé pour la construction d’un collège de proximité dans leur région afin de leur alléger le fardeau du transport des élèves pour la ville et du tuteur ; toutes choses qui impactent négativement leurs résultats scolaires.

Souleymane Diarrassouba, ministre du Commerce, de l’Industrie et de Promotion des Pme, a traduit ‘’aux parents’’, la ‘’reconnaissance’’ du gouvernement et leur contribution au développement de la Côte d’Ivoire en cédant définitivement leurs terres ; aboutissemenent de l’Accord qu’ils ont signés le 30 avril dernier. Pour lui, la politique de développement des zones industrielles de la Côte d’Ivoire ; notamment à l’intérieur du pays, traduit la volonté de son gouvernement de doter le pays d’infrastructures solides, de désengorger Abidjan et de créer des emplois durables.


Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de Promotion des Pme, soutient que Yamoussoukro, doté d’infrastructures telles l’Institut national polytechnique (Inp), le lycée scientifique etc., situé au centre de la Côte d’Ivoire (position stratégique), une ville où il fait bon vivre et relié à Abidjan par l’autoroute, avait besoin d’une zone industrielle sécurisée pour inciter les opérateurs économiques à y investir.
Pour le reste du montant des purges, il a rassuré que ‘’le gouvernement tiendra ses engagements jusqu’en 2021’’.
En ce qui concerne les doléances formulées par leurs populations riveraines, il a promis en informer le gouvernement et le Président de la République ‘’pour une prise en compte effective et diligente’’.

Clémentine Touré