Sidebar

24
Ven, Mai

Palais de la culture d’Abidjan-Treichville/L’hygiène reste le ''défi'' majeur à relever

Culture
Typographie

Si la culture est perçue comme l’âme des peuples, elle peut être considérée aussi comme « l’âme » de l’économie d’un pays. Les salles et autres lieux de rendez-vous culturels constituent un véritable potentiel, voire, un vivier économique incontournable.

Le Palais de la culture d’Abidjan-Treichville, baptisé « Palais de la culture Bernard Dadié » (Pcbd)est une parfaite illustration. Les états financiers issus du rapport d’activités, au titre de l’année écoulée, indiquent plus de 427 millions de FCfa de recettes réalisées, a déclaré Koné Dodo, Directeur du Palais de la culture Bernard Dadié d’Abidjan-Treichville. « Le total des recettes propres s’élève à plus de 400 millions, montant fixé comme objectif de départ. En enregistrant un excédent de 27 640 805 Fcfa, le Pcbd fait un résultat net d’environ 107% », s’est-il expliqué. Ce, « grâce aux 171 activités dont 40 concerts, 9 théâtres, 2 danses, 54 séminaires et réceptions de mariages, 25 foires, salons et festivals, 23 émissions audiovisuelles », a détaillé le patron du Pcbd.  Outre le volet financier satisfaisant, la question de l’hygiène reste, pour lui, un défi majeur à relever.

C’est pourquoi, Koné Dodo a déploré le manque d’attitudes éco-citoyennes  des promoteurs qui n’intègrent pas la salubrité dans l’exercice de leurs activités. « Nous serons de plus durs et regardant sur le respect de l’environnement. Respectons le Palais de la culture » s’est-il indigné. Cette rencontre a lieu le 2 février dernier dans le hall de la salle Kodjo Ebouclé, en  présence de certains responsables du Pcbd dont Dindji Iboh, Akéssé Noel, Noël Dourey et de promoteurs de spectacles  Yves De Mbella, Claude Bassolé, Aimé Zébié, notamment. 
DMENSK