Sidebar

17
Jeu, Oct

Salon international du livre d’Abidjan (Sila)/Les innovations majeures de la 11è édition

Culture
Typographie

Le Sila est organisé par l’Association des éditeurs de Côte d’Ivoire, sous l’égide et la tutelle du ministère de la Culture et de la Francophonie de la République de Côte d’Ivoire.


Ange N’dakpri, Commissaire général du Salon international du livre d’Abidjan était, lundi 04 février 2019, face à la presse, à l’Institut français de la capitale économique ivoirienne, pour le lancement de la 11è édition de ce Salon qui va se tenir du 15 au 19 mai 2019, au Palais de la culture Bernard Dadié de treichville. Avec comme thème : ‘’le livre, mon compagnon au quotidien’’.  Il a informé que la présente édition comportera des innovations majeures, à commencer par le pays hôte qui est la France, invitée d’honneur.

Pour lui, les relations historiques, fraternelles et les liens «filiaux» entre la France et la Côte d’Ivoire depuis plusieurs décennies, méritent d’être célébrés à travers les belles Lettres françaises et ivoiriennes. Le riche patrimoine et la diversité littéraire de cette grande Nation apporteront, souhaite-t-il, un cachet ‘’inestimable au succès de cet important rendez-vous’’. En ce qui concerne l’auteure à l’honneur, le choix du comité d’organisation s’est porté sur l’Écrivaine ivoirienne de renom, Véronique Tadjo, auteure de plusieurs poèmes, romans et œuvres de jeunesse illustrées par ses propres soins. Elle a reçu le Grand prix littéraire d’Afrique noire en 2005 avec son œuvre la «Reine Pokou». Une grande fierté du monde des Arts et Lettres, au dire de Ange N’dakpri. Le Commissariat général du Sila veut saisir cette opportunité de la 11e édition pour la célébrer et lui rendre hommage pour son riche parcours d’écrivaine, la qualité et la longévité de sa production littéraire. A en croire le Commissaire général, elle a donné son accord pour être présente au Sila 2019, bien que résidant désormais à Londres.

Autre innovation : la présence de l’Alliance internationale des éditeurs indépendants, qui regroupent plusieurs éditeurs francophones ; ce, dans le cadre des rencontres professionnelles. Ils seront 20 participants de 12 pays et vont contribuer au renforcement des capacités des acteurs de la chaine du livre ; sans oublier le réseautage. Ce sera, confie N’dakpri, une occasion de créer un marché d’achat et de cession d’achats de droits. Les meilleurs projets, présentés à ces professionnels, bénéficieront d’un ‘’coup de pouce’’ de 1000 à 2000£.
La 11è édition du Sila comportera également une dictée, sponsorisée par le Rotary et se tiendra le samedi 18 mai 2019, au Palais de la culture et simultanément dans 07 villes de l’intérieur du pays où il y a une section du Rotary (Abengourou, Daloa, Man, Bouaké…). C’est une façon, selon les organisateurs, de délocaliser le Sila. Cette édition consacrera aussi la récompense des meilleurs journalistes culturels de Côte d’Ivoire et le lancement des chèques-livres pour relever, selon N’dakpri, le défi du ‘’lectorat actif de Côte d’Ivoire’’.

Patrice Thévier, Conseiller de coopération  et d’action culturelle et Directeur de l’Institut français d’Abidjan a dit sa joie et celle de son pays, la France, d’être honoré par les organisateurs de la 11è édition du Sila, en faisant de son pays, l’invité d’Honneur. Il a fait savoir qu’il a accepté de participer à la présente édition, à cause, surtout, du thème retenu ; avant d’ajouter que la langue française dans laquelle s’exprime les auteurs ivoiriens et français, est la propriété de tous. Patrice Thévier a promis faire l’effort de mobiliser ses 20 000 compatriotes vivant en Côte d’Ivoire afin de participer au Sila 2019, tout comme quelques auteurs français.
Quant à Henri N’koumo, Directeur du livre, de la lecture et des Arts visuels, il a, au nom du ministre de la Culture et de la Francophonie, promis l’appui de la tutelle sans oublier de féliciter les organisateurs du Sila, qui est une excellente vitrine pour la Côte d’Ivoire et de sa culture.

Le Salon international du livre d’Abidjan (Sila), est un évènement créé et promu par l’Association des éditeurs de Côte d’Ivoire (Assedi), dans le but de promouvoir l’industrie ivoirienne du livre sur le plan national et international. L’Assedi a pour mission de défendre la profession d’éditeur ainsi que les intérêts matériels et moraux de ses membres, notamment en aidant les éditeurs à affirmer leur présence sur le marché par l’offre de produits concurrentiels et de bonne qualité ; et en sensibilisant les pouvoirs publics sur le rôle de l’édition dans le développement de la Nation. Créée depuis 1998, elle est composée, à date, de 20 maisons d’édition, des sociétés de droit ivoirien, légalement constituées. L’Assedi est membre de l’Union internationale des éditeurs (UIE) / International Publishers Association (IPA) depuis Octobre 2016.


En ce qui concerne le Sila, il est bon de rappeler qu’il est organisé par l’Assedi sous l’égide et la tutelle du ministère de la Culture et de la Francophonie de la République de Côte d’Ivoire. En partenariat avec tous les autres professionnels et partenaires de la chaîne du livre qui œuvrent à professionnaliser les métiers du livre pour une édition de qualité en Côte d’Ivoire. Il a, entre autre, pour objectifs de promouvoir l’industrie du livre en Côte d’Ivoire et les œuvres littéraires et leurs auteurs, de participer à la vulgarisation du livre et de la lecture, de lutter contre l’analphabétisme et l’illettrisme, de mener des actions de sensibilisation et de lutte contre le piratage et la contrefaçon des livres etc.

Clémentine Touré