Sidebar

26
Mer, Jui

Cours du mercredi/Kandia Camara déclare la guerre aux syndicats

Kandia Camara, ministre de l'Education nationale (photo d'archives)

Education-formation
Typographie

Une menace de grève plane déjà sur l’enseignement du primaire.

Mesmin Comoé, secrétaire général du Mouvement des instituteurs pour la défense de leur droit (Midd), prévoit de perturber le bon déroulement des cours au niveau du primaire si la décision du ministre de l’Enseignement générale impose les cours de mercredi aux élèves. « Nous organiserons une grève sauvage et illimitée si les cours sont imposés » menace–t-il. Face à de telles attitudes, la ministre Kandia Camara frappe du point sur la table.

Elle a au cours d’un point de presse à son cabinet lundi, sise au plateau, sonné la fin de la récréation pour Mesmin et ses amis. « Si Mesmin Comoé et ses sbires font la grève sauvage et illimitée, ils auront en face une riposte sauvage et inoubliable pour eux. Et gare à eux s’ils touchent à un cheveu d’un enseignant !  ». Met-elle en garde.

Le camp du Midd riposte à son tour dans un organe de la place, par la voix de son secrétaire général, Mesmin Comoé. « Ces menaces ne nous font pas peur » dit-il. « De la suspension de salaire à la prison, on en a déjà connu » nargue-t-il. Aussi se demande-t-il, si la mutation pour lui est une solution au problème posée.
Certaines sources affirment en effet, que pour casser la grève à venir, la ministre de l’Education nationale aurait muté Mesmin Comoé à l’intérieur du pays.

Décidément la rentrée scolaire commence à peine et voilà une guerre ouverte entre le  ministère de tutelle et le syndicat des enseignants.
En attendant Kandia Camara appelle au secours, les chefs traditionnels, les chefs religieux et les parents d’élève à veiller au respect de la nouvelle réforme, c’est-à-dire les cours désormais dispensés les mercredis par les enseignants.

Ange Kouamé