Sidebar

26
Mer, Jui

Centre ivoirien: Des acteurs du système éducatif en séminaire de réflexion à Yamoussoukro

Education-formation
Typographie

L’école est le plus noble moyen d’arriver à une fusion des classes et à une parfaite égalité entre les hommes.


Des acteurs du système éducatif, dont certains de la société civile, sont en séminaire de réflexion de trois jours, ouvert jeudi à Yamoussoukro, capitale politique, pour renforcer les acquis de l’école ivoirienne. La pré-revue de la société civile a vu le jour grâce aux efforts conjugués du Réseau ivoirien pour la promotion de l’éducation pour tous (RIP-EPT) et du soutien financier et technique de l’Initiative Allemande Back-up pour l’éducation en Afrique.
A cette occasion, les acteurs du monde éducatif se sont réunis pour diagnostiquer les maux qui minent le secteur, en vue d’apporter des recommandations lors de la revue

sectorielle de l’éducation/formation, initiée par le gouvernement de Côte d’Ivoire depuis 2017.
"Cette ambition n’aura de chance d’aboutir qu’à condition d’impliquer tous les acteurs afin de mettre en place un mécanisme efficace de suivi et d’évaluation de la mise en œuvre dudit  plan sectoriel", a affirmé Paul Gnélou, président du Conseil d’administration du RIP-EPT.
L’école a connu des perturbations de décembre 2018 à mars 2019, en raison des grèves des enseignants qui réclamaient entre autre, une amélioration des conditions de vie et de travail ; lesquelles perturbations ont mis à mal le système éducatif.

Selon M. Yao Yao Firmin, représentant du Directeur régional de l’éducation nationale, seule l’école aidera les enfants à acquérir de bonnes qualités, soutenant que "l’école est indispensable dans la société".
L’école "n’est pas seulement le moyen d’améliorer l’individu, d’activer le progrès social (mais), le moyen le plus sûr et le plus noble d’arriver à une fusion des classes et à une parfaite égalité entre les hommes", a indiqué M. Yao.
"L’école ivoirienne est minée par des crises à répétition qui la décrédibilisent", a relevé M. Yao, invitant les séminaristes à "poser le diagnostic approprié".
M. Yao firmin a indiqué, en outre, que de nombreux rapports des organisations intervenant dans le secteur éducation ont révélé que "le dispositif éducatif ivoirien est très limité". Le gouvernement de Côte d’Ivoire a rendu l’école obligatoire pour les enfants de 6 à 16 ans, depuis 2015.

 

YOKOI DESIREE